#Givors (Rhône) aime bien faire différemment et dans le projet du #Cinéma les citoyens d'entre Rhône et Gier sont servis. Ceux qui imaginaient un multiplex à l'instar de ceux existant dans la région ont tout faux. Tout faux, tout d'abord parce que rien n'est fait et la population en est encore aux projets avortés en 1998 et en 2016. Après la nouvelle déception des cinéphiles, et l'annonce du Megarama, par #Martial Passi au printemps 2016, la Municipalité a revu sa copie et la nouvelle mouture semble bien loin d'une installation classique de cinéma, à multi salles. Si l'on en croit le tract distribué ces jours dans les boîtes aux lettres givordines, le nouveau projet est ambitieux.

Publicité
Publicité

C'est le moins que l'on puisse dire. Par contre Megarama n'est pas cité, même si le nom figure sur le dessin d'architecte, la physionomie du multiplex n'ayant, elle, pas changée. La proposition de la Municipalité est plutôt séduisante sans que l'on sache si l'investisseur l'a validée. Car il n'est pas prévu qu'un mécène offre la culture aux Givordins. Séduisante, la place à 2 euros "pour les scolaires dans le cadre de l'éducation à l'image", un partenariat avec l'Education nationale, "notamment avec la future classe option audio-visuel du lycée Aragon-Picasso" étant prévu. Sans qu'il ne soit indiqué si ce partenariat est une réalité, ou s'il s'agit là encore d'un projet ou d'une volonté, certes louable, de la Majorité. Le Couleurs Givors, lettre du maire, Martial Passi, vice-président de la Métropole de Lyon annonce également "la création d'une salle d'éducation à l'image" pour les établissements scolaires et les associations.

Publicité

Par contre, pas évident de savoir ce qu'est le "partenariat multiformes..." débouchant sur "le développement d'une animation culturelle en lien étroit avec les équipements municipaux, le tissu associatif local, les associations de cinéma, y compris les privés qui souhaiteraient s'y associer...". Là aussi Megarama est-il d'accord pour faire du sur-mesure ? Curieux aussi que ce "projet de réduction des inégalités en promouvant l'accès au cinéma pour les habitants et une importante programmation art et essai pour les amoureux du cinéma d'auteur...". Faut-il encore que cet Art et essai soit rentable pour ceux qui prendront les risques financiers. A ce stade, on a plus l'impression d'un cinéma municipal que d'un multiplex. Sauf que les sept salles annoncées attestent qu'il ne pourra y avoir qu'un groupe cinématographique. De ceux que la Municipalité semble ne pas trop aimer. Un groupe venant dans une logique économique. Pas pour faire plaisir aux Givordins. Il ne pourrait d'ailleurs pas fonctionner qu'avec les Givordins.

Publicité

260 films à l'année sont prévus. Actuellement empêché, le maire a sans doute les réponses non précisées dans le tract.

Megarama est-il prêt à faire du sur-mesure pour Givors ?

Megarama n'est pas du genre à trop faire dans l'art et essai et ne propose pas non plus que les meilleures sorties de la semaine. Rentrera t-il dans les clous de ce projet sur mesure ? Il faudra avant que les commissions ad hoc soient en phase, à commencer par la division compétente en Préfecture du Rhône, en avril. Les cinémas voisins s'étant opposés la première fois risquent de fournir de nouveaux recours. Et la décision sera prise à l'échelon national. Le tract montre aussi un compteur ressemblant beaucoup à ceux d'une pétition électronique avec le chiffre de 5038.

1274 signatures sur le site change.org

Il s'agit sans doute du nombre de signatures de la pétition "papier", genre d'initiatives souvent sujettes à caution, certains aimant signer et signer encore. La pétition sur change.org annonce un plus modeste score: 1274 à l'heure où nous écrivons ce papier. S'il s'avérait que Givors n'ait pas la garantie de la venue d'un multiplex, dans les prochains mois, la Municipalité ne pourrait pas être taxée d'avoir fait des économies de communication pour cet équipement si attendu. C'est une lutte de tous les instants. Et ce, après 18 ans de silence.