Depuis quelques mois le Boeing #Givors traverse pas mal de turbulences. Des affaires, non encore jugées, qui font du maire #Martial Passi un présumé innocent, mais un home sur tous les fronts. Parmi les griefs reprochés par des élus de l'opposition, la manière dont la soeur du maire est arrivée au poste de Directeur Général des Services, le plus haut échelon de la hiérarchie administrative. Le maire au plus haut du pouvoir politique, sa soeur Muriel Goux au plus haut de l'administration, pour #Mohamed Boudjellaba, conseiller municipal d'opposition DVD, il y a quelque chose de pas très moral. Même si la Municipalité est passée par un jury qualifié d'indépendant.

Publicité
Publicité

Avant même que celui-ci ne se prononce, l'entourage de Martial Passi expliquait que Muriel Goux serait élue à l'unanimité. Ce qui fut le cas. Mercredi 15 mars 2017, dans le Progrès Amelle Gassa, adjointe en charge des affaires juridiques et de l'Université populaire revenait sur la nomination de la soeur de Martial Passi. Elle qui faisait partie de ce jury. "Muriel Goux a plutôt fait du bon boulot à son poste..." explique t-elle mais elle ne dit pas si elle voterait à nouveau sa nomination si le cas se représentait. "Elle était une bonne candidate pour répondre aux objections qu'on attendait d'elle". Une bonne candidate. Comme d'autres ? Alors que le rédacteur indique que les "citoyens n'acceptent plus ces formes de népotisme" la juriste répond: "Peut-être. Mais ce sera au législateur de légiférer".

Publicité

Et plus exactement au Tribunal correctionnel de se prononcer en juin. Un rendez-vous qui maintiendra donc la commune dans une ambiance particulière.

Nomination de Muriel Goux, frais de représentation, Chambre régionale des comptes...

D'autant qu'un autre dossier concerne les frais de représentation du maire avec des questions concernant quelques affectations des dépenses. Comme si cela ne suffisait pas, et alors que des élus de la Majorité municipale annonçait récemment au Conseil municipal, être sereins sur le rapport de la Chambre régionale des comptes, celle-ci est à l'origine d'une enquête préliminaire à la demande du parquet de Lyon. Autant dire que les agents municipaux sont fatigués de toutes ces affaires mais surtout des interrogations des habitants. Pour eux, la Ville ce ne sont pas seulement des élus mais aussi des agents mis dans le même sac.

Des agents municipaux fatigués d'être mêlés à ces affaires qui ne les concernent pas

Vendredi 17 mars 2017 un nouvel épisode les a frappés de plein fouet.

Publicité

Du moins les directeurs de service qui apprenaient que Christiane Charnay, la première adjointe, remplaçait le maire. Pour une période de trois semaines expliquait-on à ces responsables, Martial Passi étant empêché pour raisons médicales. Une nouvelle épreuve pour la Ville. Surtout une situation jamais connue par celle-ci. Ce sera l'occasion pour les élus et le personnel de juger sur pièce Christiane Charnay, laquelle est annoncée pour beaucoup comme prétendante pour s'assoir dans le fauteuil du maire en 2020. Le passé a toutefois prouvé que les pressentis ne sont pas toujours les élus.