Tentez de parler de #François Fillon avec une chômeuse, un chômeur de longue durée de plus de cinquante ans… Même si vous ne partagez pas l'idée que François Fillon obtiendrait forcément une majorité parlementaire, que son programme économique redressera les finances publiques, &c., enchaînez sur la vulgate de ses arguments. Au bout d'un moment, c'est la théorie de Mike Godwin, vous atteindrez le point où seront évoquées "les heures les plus sombres de notre histoire". Genre : "tiens, tu sais à qui il me fait penser, ton Fillon ? À Maurice Papon !" (condamné sur le très tard pour son rôle sous l'Occupation après avoir été préfet de Paris et ministre du Budget).

Publicité
Publicité

Le point Chirac, c'est autre chose : frais de bouche, emplois fictifs, &c., et au final, "pschitt". À cela près que Jacques Chirac, bonhomme en large public, implacable en privé au besoin, grand amateur de bonnes chairs et bonne chère, &c., n'a jamais prétendu ne pas favoriser ses proches (Claude Chirac régentait la com' présidentielle), être un époux exemplaire, ou n'avoir jamais mis de bouton de culotte dans le tronc lors de la quête dominicale. Qu'à cela ne tienne. Mis en examen, François Fillon reste stable dans les sondages et le prétendu "complot" contre lui l'emporte sur les faits. Le Penelopegate ? Oublié. Le rebelle antisystème se dit abusivement poursuivi.

Personnage de Tallement

En lisant les Historiettes de Tallemant des Réaux, divers personnages des noblesses de cour, de robe, voire d'épée, font songer à François Fillon.

Publicité

Tout leur était dû, toute occasion de s'enrichir était bonne à prendre, et au besoin, après un jugement les condamnant, ils obtenaient un arrest de défense (qui arrêtait les poursuites). Or donc, ce mardi matin, on apprenait que les enfants Fillon, Charles et Marie, peut-être employés pour réviser leurs examens de Sciences Po ou de droit en élargissant quelque peu la portée de leurs travaux, reversaient à dame et sieur Fillon, ou au seul sieur Fillon, partie de leur rétribution par les contribuables. Marie Fillon a reversé 30 000 euros, Charles Fillon restituait environ mille euros/mois. Ce mardi soir, précédant Penolope Fillon (mise en examen le 28 prochain), François Fillon se retrouvait "inculpé", comme l'on disait naguère, pour la totale découlant des poursuites du parquet (détournements de fonds publics, complicité et recel d'abus de biens sociaux, &c.) moins le chef de "trafic d'influence" en faveur de x qui aurait pu être un employeur n'étant pas le contribuable. Eh bien, même dépourvu d'arrest de défense, Fillon et ses soutiens poursuivent : tout va bien dans le meilleur des mondes, faisons donc de même, présentons-nous au suffrage des électeurs qui seuls sanctionneraient.

Publicité

Ce n'est pas la liste de celles et ceux, candidates ou candidats à la députation, qu'il faudrait publier (c'est ici ou , mais quelques-unes et d'aucuns ont tourné casaque, rejoignant les fillonistes assumés), mais la leur, afin de couvrir leurs affiches du bandeau : "soutien du mis en examen François Fillon, l'exonérant par avance". À moins bien sûr qu'un non-lieu intervienne avant les législatives. Bah, dans x années (si battu au premier tour) ou y ans, François Fillon se pourvoira en appel, puis en cassation. Depuis ses 22 ans, depuis 41 ans, nous l'avons rétribué suffisamment pour qu'il en assume les frais. Et puis, de généreux donateurs sauront peut-être répercuter le manque à gagner sur les produits ou services qu'ils nous vendent. Fillon est tellement "Tallemant" qu'il peut rester mentalement inébranlable. Et pour longtemps. Celui d'en encourager d'autres à suivre son exemple ? Après Orlando furioso, Francesco furioso : rien n'est perdu, for l'honneur. Penelopegate ? Quel Penelopegate ? Allez, un nouveau rassemblement au Trocadéro et il n'y paraîtra plus.