François Fillon a été mis en examen à la lecture des faits pour cinq chefs d'accusation l'incriminant dans l'instruction du dossier d'emplois fictifs : 1°détournement de fonds publics, 2° abus de biens sociaux, 3° complicité et recel de ces délits, 4° trafic d’influence et 5° manquements aux obligations de déclaration à la Haute autorité sur la transparence de la vie publique. Ceci a été procédé par le juge du #Parquet national financier (PNF) le 15 mars 2017. La procédure judiciaire contre #François Fillon est ouverte depuis le 25 janvier 2017 suite aux révélations du Canard Enchainé. A cette date une enquête préliminaire est ouverte. François Fillon est poursuivi pour des délits financiers par le Parquet National Français (PNF).

Publicité
Publicité

Son juge Eliane Houlette a ouvert une information judiciaire le 24 février 2017 contre de multiples délits financiers présumés d'emplois fictifs. L'ensemble de la famille proche de Fillon, femme, enfants sont soupçonnés avoir bénéficié d'emplois de cette nature.

Les faits

Depuis fin janvier 2017, il est reproché à Pénélope Fillon, femme du candidat LR, d'avoir bénéficié d'un emploi fictif d'assistante parlementaire de son mari. Tous les collaborateurs du député l'ignorent, mais Pénélope Fillon a été son assistante parlementaire. Selon les termes du contrat de cet emploi, à cette période, elle est sensée être l'assistante parlementaire du député à la permanence du RPR. Mais son emploi se serait tenu dans la ville du domicile familial à Sablé Sur Sarthe. Pénélope Fillon bénéficie alors d'une rémunération de 4000 euros par mois.

Publicité

François Fillon est ministre de 2002 à 2007. Sa charge de député revient à son suppléant Marc Joulaud. A nouveau, la femme de son député bénéficie d'un contrat d'assistante parlementaire. Elle est rémunérée jusqu'à 10,000 euros par mois. Le préjudice des rémunérations de ces emplois se chiffrent à un montant total de plus 900,000 euros selon l'évaluation du Canard Enchainé. Entre mai 2012 et décembre 2013, elle perçoit à nouveau des rémunérations - 5000 euros par mois - cette fois pour la rédaction de "deux ou trois notes de lecture" au service de la rédaction de la 'Revue des Deux Mondes'. C'est à dire un montant total de 100,000 euros selon les chiffres du journal Le Monde. Ces rémunérations semblent immotivées. Parallèlement, supposément avocats, et employés sur ce motif, deux des enfants du couple candidat Fillon, Marie, et Charles, ont chacun perçu 57,000 euros brut pour l'une, 26,600 euros brut pour l'autre. Pourtant ils n'étaient pas déjà avocats quand ils ont effectué leurs missions au service de leur père sénateur de 2005 à 2007.

Publicité

Fillon déclare qu'il n'y a pas de plan B à sa candidature

Il y a quelques jours auparavant, Fillon a parlé d'un coup d'état antidémocratique. La justice doit évidemment faire son travail et déterminer l'issue judiciaire de son affaire. Pourtant, ces casseroles ne l'ont pas fait décroché de son statut de candidat officiel et se voulant démocratiquement légitime aux élections présidentielles de 2017. Ainsi, l'affirmait-il lors d'une réunion de crise de son parti le 6 mars 2017. Ses propos avaient été relayés par l'AFP et le journal 'Libération'. A sa suite, si les soutiens de personnalités de son parti semblent faire défection derrière Bruno Le Maire, Catherine Vautrin, l'UDI se retire de la campagne de Fillon. Et les voix de la société civile s'expriment à de multiples reprises par des manifestations aux sons des casseroles place de la République à Paris depuis le 19 février 2017 contre la corruption en politique. Le rassemblement de soutien à sa candidature a réuni des dizaines de milliers de personnes place du Trocadéro à Paris le 5 mars 2017. Et sur un plan politique, aucun ne s'avance pour éventuellement suppléer à sa fermeté. Alain Juppé notamment a signifié qu'il ne tient pas à reprendre cette responsabilité. #Élections