Christiane Taubira s'en est prise hier à #Emmanuel Macron et à son projet qui entend dépasser les clivages partisans, en affirmant à nouveau la nécessité d'une gauche claire et celle d'une droite claire face à l'extrême droite. En effet, selon elle, prétendre s'affranchir des frontières entre la droite et la gauche serait un exercice périlleux d'abord, mais surtout dangereux, car cette idée donnerait une consistance à l'argument frontiste d'une intelligence commune entre la droite et la gauche, toutes deux ancrées dans le système.

Publicité

Autrement dit, l'ancien ministre de l'Economie se présente comme le candidat du système sans l'assumer pour autant, alors que bon nombre d'électeurs connaissent ses véritables intérêts.

Publicité

Taubira rappelle l'histoire de la gauche et de la droite

" La gauche a une histoire dans ce pays, la droite républicaine a aussi une histoire. Cette histoire n'est pas faite de fantaisies ni d'anecdotes. Elle est faite d'ancrage dans des idéaux, avec des doctrines qui se sont élaborées au fil du temps, au fil de l'histoire," rappelle-t-elle. Ainsi, les élus issus du Parti socialiste comme des Républicains qui soutiennent la candidature d'Emmanuel Macron sont, selon elle, comme leur leader, des " gens qui n'ont pas de racines, qui n'ont pas de ressort, qui n'ont pas de références." Selon elle, c'est dans l'histoire qu'il faut aller chercher ses marques, car en regardant plus loin dans le passé, on ne pourra regarder que plus loin dans l'avenir. En effet, l'histoire répond à bien des questions d'actualité..

Publicité

Hier, Benoît Hamon faisait salle comble à Bercy : 20 000 personnes dedans, et 5000 personnes à l'extérieur. Interrogé au sujet de cette démonstration de force sur le plateau du 20 heures de France 2, Emmanuel Macron a paru un brin agacé, car il a bien du mal à rassembler autant de personnes simultanément malgré cette idée de ni droite ni gauche qui fait son chemin dans les esprits. Ainsi, il s'est défendu en minimisant l'événement, et en le qualifiant de discours du Bourget réchauffé. C'est à son tour de montrer qu'une base solide est derrière lui, mais pour l'heure, place au premier débat de la présidentielle, qui se déroulera à partir de 21h sur TF1.