La machine de l'entre-deux tours s'est mise en place à deux rythmes très différents pour les deux candidats désignés au second tour de l'élection présidentielle. D'abord, il y a eu dimanche soir cette soirée d'euphorie dans un bar parisien pour Emmanuel Macron, comme si le candidat avait déjà remporté la présidentielle, soirée que certains lui ont reproché, estimant qu'il commettait un abus de confiance excessif. #Marine Le Pen, elle, a brièvement fêté sa nomination au second tour avec ses proches et ses partisans, mais s'est ensuite rapidement remise au combat. Ainsi, il y a beaucoup à craindre pour la suite de cette campagne et pour le résultat du second tour, tellement l'une prend au sérieux l'enjeu et tellement l'autre n'est pas au rendez-vous de ses responsabilités.

Publicité
Publicité

Whirlpool

Après 3 longs jours de pause dans l'équipe de campagne d'#Emmanuel Macron, 3 jours de repos longuement critiqués par les médias et les forces politiques perdantes du premier tour, ce dernier a décidé de se rendre à l'usine Whirlpool d'Amiens pour rencontrer une intersyndicale. Marine Le Pen, elle, n'a pas cessé de faire campagne, et dès lundi elle se trouvait au marché de Rungis pour promouvoir le made in France et le travail des petits producteurs locaux. Elle a ensuite fait une entrée fracassante dans cette usine Whirlpool condamnée depuis plusieurs mois à la délocalisation en Pologne malgré son chiffre d'affaire, et a été chaleureusement accueillie par les salariés. Emmanuel Macron, en revanche, a été copieusement sifflé et reçu par des " Marine Présidente !" En effet, dans l'Emission politique, sur France 2, il déclarait déjà, un peu plus d'une semaine avant le premier tour, qu'il ne se rendrait jamais au contact des salariés de cette usine car cela aurait simplement été un déplacement de communication.

Publicité

Il avait ainsi accusé ses concurrents à la présidentielle de profiter du malheur de ces salariés pour le récupérer politiquement.

Bref, reçue au même moment qu'Emmanuel Macron dans cette usine, Marine Le Pen a eu droit à un accueil beaucoup plus chaleureux, tandis que l'ancien ministre de l'Economie a été vertement rejeté ; il est notamment critiqué du fait qu'un de ses lieutenants, Jacques Attali, ait qualifié cette délocalisation d'anecdotique et ne relevant pas des responsabilités de l'Etat. Amiens est une terre frontiste depuis quelques temps, et on peut comprendre cette réaction, mais cela démontre une dynamique de campagne différente entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Gard

Ce matin, coup de théâtre, Marine Le Pen s'est rendue sans prévenir au contact des pêcheurs du Gard, très tôt le matin, alors que le soleil n'était pas encore levé. Elle a dit vouloir rendre hommage à cette France qui se lève tôt, initiative très largement commentée puisqu'Emmanuel Macron, pour sa part, ne s'est jamais déplacé plus tôt qu'à 9h du matin pour rencontrer des salariés.

Publicité

Par la suite, elle ira à Nice, sur des terres de droite, afin de convaincre l'électorat de François Fillon. Bref, au vu du tournant que prend cette campagne en faveur de Marine Le Pen, il y a de quoi s'inquiéter ; le leader d'En Marche ! doit prendre ses responsabilités au plus vite afin d'éviter une victoire du Front National le 7 mai, d'autant que son électorat est des plus volatiles tandis que celui de Marine Le Pen est des plus solides.