Dans ce milieu d'entre-deux tours plutôt serré, le château de cartes #Emmanuel Macron s'effondre tandis que #Marine Le Pen ne cesse de monter en puissance ; les sondages resserrent les résultats du second tour entre ces deux candidats, à cause des soutiens que reçoit la candidate du #Front National et à cause de l'abstention ainsi que du vote blanc, qui risquent d'être hauts au second tour. La victoire d'Emmanuel Macron n'est donc plus si certaine que cela, d'autant qu'il adopte une attitude maintenant presque condescendante, et qu'il se voit déjà vainqueur, ce qui n'est pas pour plaire aux électeurs... C'est dans ce contexte que Nicolas Dupont-Aignan a annoncé son ralliement à Marine Le Pen, sous certaines conditions.

Publicité
Publicité

2.1 millions de voix en jeu

Le candidat gaulliste de Debout la France a réuni dimanche dernier plus de 2 millions de suffrages, ce pour quoi le Front National l'a par ailleurs chaleureusement félicité. Considéré par les médias comme le plus grand des petits candidats, il a frôlé le score de Benoît Hamon au premier tour de l'élection présidentielle. De ce fait, ses responsabilités sont importantes, et le parti de Marine Le Pen attendait avec impatience ce ralliement : le soir même du premier tour, Florian Philippot appelait Nicolas Dupont-Aignan à la cohérence, et donc à soutenir le programme du Front National au second tour. En tout cas, c'est une heureuse surprise pour Marine Le Pen, au moment où le barrage républicain devient une véritable passoire, certains élus de droite appelant à voter pour elle, surtout dans la droite chrétienne.

Publicité

Dans le même temps, la candidate du Front National fait des appels du pied aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon en mettant en avant leurs points communs : retour de la souveraineté nationale, sortie de l'Union européenne, mise en avant de la question ouvrière et paysanne, etc.

Pour en revenir à Nicolas Dupont-Aignan, il a déclaré hier soir avoir passé un " accord de gouvernement " avec Marine Le Pen. Du haut de ses 4.7% de voix, il a demandé, en échange de son soutien, à ce que le Front National adoucisse certains points de son programme, ce qui a été accepté du côté de la direction frontiste. " Je soutiendrai Marine Le Pen, je ferai campagne avec elle sur un projet de gouvernement élargi ", a-t-il annoncé hier soir sur le plateau du journal télévisé de France 2. Alors qu'il se situait idéologiquement à la croisée des chemins entre Les Républicains et le Front National, il a enfin choisi son camp - il appartenait à l'UMP jusqu'en 2007 et jusqu'à ce que son parti refuse d'entendre le " non " du référendum constitutionnel européen.

Publicité

Néanmoins, jusque-là, il s'était toujours refusé à toute alliance avec le Front National, qui pourtant ne cesse de le lui réclamer. Des mesures de son programme ont été ajoutées à celles du Front National, mais il a rappelé qu'il serait quand même en concurrence avec ce parti pour les législatives.

Réactions

Le monde politique a largement réagi à cette déclaration, en se déclarant majoritairement indigné d'une telle décision, de la part d'un homme se disant gaulliste et préférant finalement le pétainisme. Une crise a même été ouverte au sein du parti Debout la France : son vice-président, Dominique Jamet, a annoncé qu'il quittait le parti suite à cette décision, car la tradition de ce parti a toujours été de refuser le système comme les extrêmes. Nicolas Dupont-Aignan, pour sa part, a justifié son choix en affirmant que le Front National n'était pas un parti d'extrême droite, et en rappelant son aversion pour Emmanuel Macron : " Notre pays a vécu 5 ans terribles avec François Hollande. Emmanuel Macron est un Hollande puissance 10, fabriqué par des intérêts financiers, médiatiques. (...) Tous ceux qui ont échoué en France depuis 30 ans sont avec monsieur Macron."

Le maire de Pau, François Bayrou, soutien d'Emmanuel Macron, a pour sa part déclaré dans un tweet : " Dupont-Aignan : qu'on ose se dire gaulliste en faisant un tel choix, immense honte !" Néanmoins, les réactions de la part d'élus n'ont pas été unanimes, car certains membres de la droite n'ont pas hésité à soutenir ce choix, précisant les propos de Nicolas Dupont-Aignan qui a dit vouloir réduire cette cassure entre les républicains et les patriotes. Par exemple, Henri Guaino, député LR des Yvelines, qui n'a pas pu se présenter à la primaire de la droite, n'a pas explicitement appelé à voter pour Emmanuel Macron, il a même dit le contraire, rappelant qu'Emmanuel Macron était ce qu'il avait toujours combattu en politique. Donc, pas de consigne de vote de sa part, mais ce ne sera sûrement pas pour le candidat d'En Marche ! qu'il appellera à voter : il invite donc soit au vote blanc, soit à l'abstention, soit au vote Le Pen. Ces trois démarches, de toute façon, reviennent au même. Bref, le beau barrage républicain tant usité est en train de couler à cause des trous qui ont été créés lors du dernier quinquennat.