Ministre de l'Intérieur : Gérard Collomb. Fidèle parmi les fidèles, Gérard Collomb voit son dévouement être récompensé par l'un des principaux ministères, très en vue lors du précédent quinquennat de François Hollande. Le maire de Lyon, très ému lors de la passation de pouvoirs, est très proche d'#Emmanuel Macron et va vivre, à bientôt 70 ans, sa première expérience dans un #Gouvernement.

Ministre de la Transition écologique et solidaire : Nicolas Hulot. C'est la grosse prise d'Emmanuel Macron. L'ancien présentateur TV avait refusé d'entrer dans le gouvernement de François Hollande, il accepte donc avec son successeur. En terme d'image, c'est un gros coup alors que le Président de la République n'était pas très porté sur l'écologie durant sa campagne.

Publicité
Publicité

Ministre de la Justice : François Bayrou. Il espérait peut-être le poste de Premier ministre, mais François Bayrou hérite finalement du ministère de la Justice, l'un des trois seuls ministères d’État. Il va donc pouvoir porter lui-même la loi sur la moralisation de la vie politique, qui était une prérogative à son soutien envers Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle.

Ministre des Armées : Sylvie Goulard. Exit la Défense, ce ministère est désormais rebaptisé Ministère des Armées. Elle aussi proche d'Emmanuel Macron, elle est députée européenne et dispose d'une grande expérience pour tout ce qui concerne les affaires européennes. Une expérience utile en vue des négociations à venir concernant la politique de l'UE.

Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères : Jean-Yves Le Drian. Il était l'un des ministres les plus populaires du gouvernement de François Hollande.

Publicité

Sa compétence à ce poste est vantée par tous, il n'y avait donc pas de raison qu'Emmanuel Macron se prive d'une telle personnalité, qui officiera cette fois aux Affaires étrangères. D'autant que Jean-Yves Le Drian ne s'est pas privé de soutenir le Président de la République durant la campagne.

Ministre de la Cohésion et des Territoires : Richard Ferrand. A l'image de Gérard Collomb, Richard Ferrand voit sa fidélité récompensée par un poste au gouvernement. Le secrétaire général du mouvement « En Marche ! » est donc en charge de la cohésion et des territoires, une question majeur lors du quinquennat précédent marqué par le réforme des régions.

Ministre des Solidarités et de la Santé : Agnès Buzyn. Elle incarne la société civile, puisque Agnès Buzyn est médecin. Elle a occupé de nombreuses responsabilités dans le monde de la santé. Un monde de la santé dans lequel elle est une personnalité forte et respectée.

Ministre de l’Économie : Bruno Le Maire. Après le Premier ministre Édouard Philippe, Bruno Le Maire est l'autre grande prise dans le camp des Républicains.

Publicité

Ancien ministre de l'Agriculture de Nicolas Sarkozy, il n'a pas manqué de souligner, ces dernières semaines, qu'il serait capable de travailler avec la nouvelle majorité présidentielle. Emmanuel Macron a donc répondu à son appel.

Ministre de la Culture : Françoise Nyssen. Elle fait partie des fameuses personnes venant de la société civile. Éditrice, co-directrice d'Actes Sud, Françoise Nyssen est donc dans son domaine.

Ministre de l’Éducation nationale : Jean-Michel Blanquer. Lui aussi issu de la société civile, Jean-Michel Blanquer est directeur général du groupe ESSEC. Il a également occupé des fonctions dans le domaine de l'éducation et va succéder à Najat Vallaud-Belkacem.

Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation : Frédérique Vidal. Depuis 2012, elle dirige l'université de Nice-Sophia-Antipolis, reconnue mondialement. Elle est donc pleinement compétente pour récupérer ce portefeuille.

Ministre de l'Action et des comptes publiques : Gérald Darmanin. Maire Les Républicains de la ville de Tourcoing, il est la troisième « prise de guerre » d'Emmanuel Macron dans le camp de la droite. Juriste de formation, il s'était lui aussi dit prêt à travailler avec le nouveau Président de la République.

Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation : Jacques Mézard. Homme de gauche, sénateur, Jacques Mézard est une personnalité expérimentée de la politique. Il n'en fallait pas moins pour succéder à Stéphane Le Foll et hériter de l'Agriculture, un domaine en difficulté.

Ministre des Sports : Laura Flessel. L'ancienne escrimeuse, surnommée « La guêpe », hérite du ministre des Sports. Celle qui a stoppé sa carrière en 2012, cinq fois médaillées aux Jeux olympiques, aura notamment en charge le dossier chaud de la candidature de Paris 2024.

Ministre des Outre-mer : Annick Girardin. Comme Jean-Yves Le Drian, Annick Girardin reste au gouvernement. Auparavant à la Fonction publique, elle hérite cette fois de l'Outre-mer. Elle avait également fait un passage au portefeuille de la Francophonie.

Ministre du Travail : Muriel Pénicaud. Patronne de l'agence publique Business France, elle est également issue de la société civile. Elle sera sans doute en première ligne dans les semaines à venir, puisque la loi travail est l'un des premiers chantiers de ce gouvernement.

Ministre des Affaires européennes : Marielle de Sarnez. Proche de François Bayrou, la vice-présidente du MoDem arrive enfin dans un gouvernement. Elle a en charge les Affaires européennes, une thématique qui tient à cœur à Emmanuel Macron, qui l'a rappelé lundi à Berlin.

Ministre chargée des Transports : Elisabeth Borne. Elle aussi issue de la société civile, elle était jusque-là présidente de la RATP. Elle a également fait partie du cabinet de Ségolène Royal à l'Environnement lors du quinquennat précédent.

Porte-parole du gouvernement et secrétaire en charge des relations avec le Parlement : Christophe Castaner / Chargée de l'Égalité des femmes et des hommes : Marlène Schiappa/ Chargée des Personnes handicapées : Sophie Cluzel / Chargé du Numérique : Mounir Mahjoubi #Édouard Philippe