Une conversation téléphonique au sujet de la #Syrie, entre les deux dirigeants #Trump et #Poutine, laisserait entendre que tout deux veulent ''travailler ensemble'', ''pour éradiquer le terrorisme à travers le Moyen-Orient. Enfin, ils ont parlé de la meilleure manière de résoudre la situation très dangereuse en Corée du Nord'', c'est ce que la Maison-Blanche a ajouté. Celle-ci déclarait notamment que le Président et son homologue Russe souhaiteraient mettre en place des ''zones de sécurité ou de désescalade pour atteindre une paix durable" en Syrie. Lors de cette conversation, il en est ressorti qu'ils seraient d'accord sur le fait que ''les souffrances en Syrie duraient depuis trop longtemps'', et qu'ils devraient donc agir en conséquence.

Publicité
Publicité

Selon le Kremlin, les deux hommes voudraient trouver une issue au conflit en Syrie. Pour cela ils souhaiteraient prévoir un échange entre leurs ministres des Affaires étrangères respectifs. Une collaboration avec la Russie, inattendue suite aux tensions récentes dû aux frappes américaines en Syrie et à leurs nombreux désaccords notamment sur la Syrie et la Corée du Nord. Pourtant, ce rapprochement était déjà voulu par Donald Trump, puisque celui-ci l'avait évoqué lors de son élection présidentielle. Ce dernier, étant, à maintenant 100 jours au pouvoir. Une rencontre début juillet aura lieu entre les deux hommes, à Hambourg en Allemagne, en marge du sommet du G20, une rencontre mise en accord entre Trump et Poutine.

Trump: 100 jours au pouvoir

100 jours au pouvoir dont le président Donald Trump en fait un bilan selon lui ''très productif'', il s'en félicite d'ailleurs.

Publicité

Il aurait notamment dit, lors d'une réunion publique en Pennsylvanie, ''Mes cents premiers jours ont été très palpitants et très productifs'', il a notamment déclaré ''Nous remporterons chacune des grandes, grandes batailles à venir''. C'est notamment lors de cette réunion, que Trump ne s'est pas gêné pour critiquer la presse. Déclarant notamment, lors de cette réunion publique, que se serait la faute de la presse ci celui-ci n'aurait pas participé au dîner traditionnel de l'Association des correspondants de la Maison-Blanche. Il a rajouté en parlant du dîner qu'il est ''très très barbant'', ce qui a suscité une réaction négative des médias présents, à cette réunion en Pennsylvanie. Donald Trump ne cherche décidément pas à faire la paix avec la presse. Trump fait donc beaucoup parler de lui, de part ses discours crus, mais aussi par ses prises de décisions, comme celle de rencontrer Kim Jong-Un, le dirigeant Nord-Coréen.