Prévue pour le 27 juin, la rentrée parlementaire a en cette année 2017 une saveur toute particulière. En effet, ce sont des députés plus jeunes, avec une moyenne d'âge tombée à 48 ans et 8 mois, qui vont siéger dans l'hémicycle et cela pour la toute première fois pour beaucoup d'entre eux. Principale instigatrice du renouvellement profond du visage de l'#Assemblée, la République En Marche, accompagnée de son allié le MoDem, a déjà à coeur de se montrer efficace et cohérente. Et pour cela, il a fallu une mise au point donnée par un séminaire de travail afin de familiariser les "novices de politique" avec l'institution parlementaire entre rôle d'un député, fonctionnement de l'Assemblée nationale, ou encore préparation des propositions de textes à venir du Gouvernement.

Rappelons que la #Majorité présidentielle sera confronté à une opposition forte avec des têtes nouvelles à l'Assemblée, mais anciennes sur le paysage politique français.

Publicité
Publicité

Quel état d'esprit pour les nouveaux députés

Elu député dès le premier tour des législatives dans la première circonscription de Paris, Sylvain Maillard estime pour sa part le groupe en bonne voie pour "construire les bases d'une majorité cohérente et surtout une majorité capable de travailler ensemble et de produire du résultat". Et pour certains comme Bruno Bonnell, nouveau député de la sixième circonscription du Rhône, les députés LREM ont "un cerveau" et "une expérience" à faire valoir dans l'hémicycle contrairement à ce que peuvent penser les partis traditionnels. Si de leur propre aveu les députés LREM font preuve d'un élan d'enthousiasme certain pour apporter leur griffe au fonctionnement des institutions, ils ont surtout hâte de pouvoir se mettre enfin au travail. D'ailleurs, ils en auront l'occasion dès cette rentrée avec la nomination du Président ou de la Présidente de la nouvelle Assemblée Nationale et celle des différents présidents de commission.

Publicité

Quelle relation la majorité présidentielle compte-t-elle entretenir avec le Gouvernement ?

Homme de droite et chef de cette majorité atypique, le Premier Ministre Edouard Philippe a exhorté les députés à "incarner la transformation du pays", leur rappelant au passage que "la seule façon d'être à la hauteur sera de réussir". Appelés par Jean-Paul Delevoye au "devoir de fidélité" à l'endroit du Président Macron et de son Premier Ministre, ceux qu'on appelle déjà les "bleus" ont répondu favorablement en désignant d'emblée comme président du groupe LREM Richard Ferrand, soutien de la première heure d'#Emmanuel Macron, et cela malgré la tourmente de l'affaire immobilière dans laquelle il est plongé depuis plus d'un mois.

Mais voici, le temps des promesses électorales est passé, la majorité présidentielle est maintenant face à son destin pour concrétiser l'action de transformation du pays tant désirée par les Français.