Il est bien connu que la #Crise économique est une réalité politique et économique au sein d l'#Union Européenne depuis 2008. En premier lieu, Il est nécessaire de préciser que les pays du sud et de la méditerranée sont les pays les plus touchés par la crise économique. A partir de 2008 jusqu'à aujourd'hui, les inconvénients-résultats de cette crise au niveau économique, politique et social sont clairs en Espagne, en Italie, au Portugal, en Chypre et finalement en #Grèce.

En effet, la Grèce est devenue le centre d'intérêt pour les élites politiques et économiques pendant les 8 ans de la crise économique qui a lieu en Europe.

Publicité
Publicité

Un grand nombre de réunions et de groupes des discussions officielles ont eu lieu a Bruxelles afin de construire un plan de sauvetage pour l'état grec.

En ce qui concerne la crise grecque, il est important de souligner qu'après les élections nationales de 2015, la gauche est arrivée au pouvoir en proposant des plans qui avaient comme but d'améliorer la qualité de vie des citoyens grecs.

La France veut proposer un plan qui va diminuer la dette publique et va stabiliser l'économie nationale.

Le but principal du gouvernement de Syriza était de reconstruire la machine administrative nationale et de renforcer l'état providence. Il s'agit de deux pôles qui peuvent garantir une meilleure qualité de vie pour les citoyens grecs et surtout pour les jeunes. Il est utile d'ajouter que le 50% des jeunes étaient en chômage entre 2009 et 2015.

Publicité

Pour cette raison, les espoirs des jeunes grecs pour une meilleure qualité de vie sont liés aux promesses politiques de Syriza et du nouveau premier ministre Alexis Tsipras.

En ce qui concerne les négociations entre les unités politiques grecques et les créanciers, le rôle de la France était vraiment important. A partir de l'année 2015, le gouvernement des socialistes a joué un rôle important qui a déterminé les relations politiques entre le gouvernement grec, le FMI, la banque centrale européenne et les partenaires européennes.

En 2015, Francois Hollande s'etait demené pour maintenir la Grèce dans la zone Euro. Emmanuel Macron et Bruno Le Maire, son ministre de l'économie veulent en faire autant.

L'eurogroupe, la réunion mensuelle des ministres des finances de la zone euro qui aura lieu à Luxembourg, est consacrée au sujet grec. Le but principal est de trouver un accord afin de débloquer le montant prévu dans le troisième plan d'aide. Mais la Grèce doit rembourser plus de 7 milliards d'euro à ses créanciers- La Banque Centrale Européenne,le fonds monétaire international et l'Union Européenne.

Bruno le Maire a souligné que la Grèce ne sera pas capable de rembourser tous le montant le mois prochain.

Publicité

Pour sauver la Grèce, et en même temps l'Union Européenne, il faut construire un plan afin de diminuer la dette publique de la Grèce et donner un peu d'air pour lui permettre de moderniser le secteur public, et finalement de stabiliser l'économie étatique. Le but principal est d'éviter à nouveau la peur de Grexit et de renforcer la fédération européenne.