Un geste diplomatique qui fait parler. Plusieurs semaines après la virile première poignée de main entre #Donald Trump et #Emmanuel Macron lors du G7 en Italie, le président de la République française a décidé d'inviter son homologue américain à participer aux cérémonies du 14 juillet, à Paris. Un 14 juillet pas comme les autres, puisqu'il célèbre également l'anniversaire des 100 ans de l'arrivée des troupes américaines en France lors de la Première Guerre mondiale. L'invitation, adressée au président américain mais aussi à la première dame Melania Trump, a été formulée par téléphone lors d'une discussion portant sur le sommet du G20, prévu en Allemagne les 7 et 8 juillet.

Publicité
Publicité

Selon un diplomate de la Maison Blanche, qui a tenu à rester anonyme, la faisabilité d'une telle visite est actuellement à l'étude. Les États-Unis gardent bien sûr en tête le fait que la France est toujours en état d'urgence et que l'an dernier, précisément lors du 14 juillet, la France avait été touchée par un attentat terroriste extrêmement meurtrier du côté de Nice. Déjà fortement renforcée pour un tel événement, la sécurité pourrait être maximale en cas de venue du président américain à Paris.

Jean-Luc Mélenchon dézingue Emmanuel Macron et Donald Trump

Une visite dont on ne sait pas encore si elle aura lieu, mais qui fait d'ores et déjà beaucoup parler. Invité d'Europe 1 ce mercredi matin, Jean-Luc Mélenchon a regretté l'invitation formulée par Emmanuel Macron. « Monsieur Trump n'est pas le bienvenu à la fête du 14 juillet.

Publicité

La fête du 14 juillet est celle de la liberté des Français », a expliqué le leader de la France insoumise, soulignant que « Monsieur Trump est un violent, il n'a rien à faire là ». Des propos forts qui confirment la stratégie de Jean-Luc Mélenchon : parler haut et fort, se faire entendre afin d'occuper la place d'opposant numéro un au Président de la République. Le candidat malheureux à l'élection présidentielle a été élu député à Marseille il y a dix jours et dispose même d'un groupe France insoumise à l'Assemblée nationale. Jean-Luc Mélenchon a cependant reconnu que si Donald Trump vient, il sera nécessaire de « l'accueillir dignement ». Pas sûr, évidemment, que le président américain tienne compte de l'avis de Jean-Luc Mélenchon au moment de se prononcer sur sa venue...

Emmanuel Macron mise sur l'international

Pour Donald Trump et Emmanuel Macron, ce serait aussi l'occasion de se voir en face à face pour la première fois depuis que le président américain a décidé de quitter les accords de Paris sur le climat.

Publicité

Un coup dur dans la lutte contre le réchauffement climatique, un sujet sur lequel le Président de la République a décidé d'avancer en recevant il y a quelques jours Arnold Schwarzenegger, célèbre acteur engagé dans l'écologie et farouche opposant de Donald Trump. Le leader de la République en Marche avait d'ailleurs marqué les esprits après l'annonce de Trump en appelant le président américain à « make our planet great again », faisant ainsi référence au slogan de campagne du célèbre homme d'affaires. Les retrouvailles entre les deux hommes promettent donc être aussi tendues que leur première rencontre. Une telle invitation montre également la volonté d'Emmanuel Macron de se placer en médiateur sur les questions internationales, lui qui entend renouer avec les États-Unis, mais aussi avec la Russie puisqu'il avait reçu Vladimir Poutine à Versailles le mois dernier. Même si les sujets de discorde sont encore très nombreux, la France est donc, progressivement, sur la voie d'un réchauffement de ces relations avec ces deux grands pays. #Etats-Unis