Entre #Donald Trump et #Emmanuel Macron, le courant est-il en train de passer ? Après un premier échange il y a quelques semaines, marqué par une poignée franche et virile entre les deux hommes, les présidents des États-Unis et de la France étaient réunis durant deux jours à Paris. Vendredi #14 juillet, Donald Trump était ainsi l'invité d'honneur du défilé de la fête nationale, 2017 marquant au passage le centenaire de l'entrée en guerre des troupes américaines lors de la Première Guerre Mondiale. Emmanuel Macron, a d'ailleurs déclaré que « rien ne séparera » la France et les États-Unis, et que la présence du président Trump était le signe « d'une amitié qui traverse les âges ».

Publicité
Publicité

Après avoir inspecté les troupes dans une jeep militaire, Emmanuel Macron s'est rendu à Nice, à l'occasion de la commémoration un an après l'attentat terroriste survenu le 14 juillet 2016, sur la Promenade des Anglais, lors duquel un homme avait tué 86 personnes. Du côté de Paris, l'hommage était surtout destiné aux troupes américaines. Certaines ont défilé, poussant le président des États-Unis à se lever pour les saluer. Donald Trump a d'ailleurs qualifié la fête nationale française de « merveilleuse célébration nationale », ajoutant que « nos deux nations sont unies pour toujours par l'esprit de la révolution et de la lutte pour la liberté ».

Trump apparaît désormais complice avec Macron

Donald Trump serait-il donc tombé sous le charme de la France ? Le fait qu'il accepte l'invitation d'Emmanuel Macron à venir à Paris à l'occasion du 14 juillet était déjà une grande surprise, vue des États-Unis.

Publicité

Durant sa campagne, Trump n'avait jamais manqué une occasion de critiquer la France, surtout lorsque les différents attentats avaient frappé le pays en 2015. « La France n'est plus la France », avait même lancé celui qui était alors le candidat du parti républicain. Il y a peu, il a même annoncé sa sortie de l'Accord de Paris concernant la lutte contre le réchauffement climatique, au grand dam d'Emmanuel Macron, qui l'avait alors appelé à « make our planet great again ». Un sujet a priori délicat entre les deux hommes, mais jeudi, lors d'une conférence de presse commune, Donald Trump a confié qu'il allait examiner sa position sur le réchauffement climatique. « Nous verrons ce qu'il se passera », a lâché le président des USA, assez énigmatique, preuve qu'il est possible de faire évoluer la situation dans le bon sens.

La visite de Trump, c'est la victoire de Macron

Les deux présidents se sont également trouvés des positions communes sur la crise syrienne, tout deux appelant à une riposte immédiate en cas d'utilisation d'armes chimiques de la part du régime de Bachar Al-Assad.

Publicité

Donald Trump et Emmanuel Macron se sont également entendus sur plusieurs autres sujets, montrant bien qu'il existe désormais un axe franco-américain fort. Forcément, quand les liens avec la première puissance mondiale se réchauffent, c'est la France qui sort gagnante. C'est aussi la victoire d'Emmanuel Macron, qui a eu l'idée de cette rencontre le jour de la fête nationale, malgré la scepticisme de nombreux députés, Jean-Luc Mélenchon en tête. Le Président de la République a clairement trouvé son point fort en ce début de mandat : l'international. Il tente de replacer la France au centre de l'échiquier international en nouant des liens forts avec l'Allemagne (importante mise en avant du couple franco-allemand), la Russie (il a reçu Vladimir Poutine à Versailles), le Canada et donc les États-Unis. Son but ? Faire de la France un interlocuteur et un acteur privilégié sur chaque sujet important.