Plus les semaines passent, plus l'état de grâce semble loin pour #Emmanuel Macron. Trois mois après son élection, le #Président de la République est confronté à une forte opposition concernant son désir de donner à sa femme, #Brigitte Macron, un rôle officiel de Première dame. Plus de 200 000 personnes ont ainsi signé une pétition contre ce statut, qui donnerait à Brigitte Macron un bureau, un personnel et une allocation publique. Un accroc qui survient alors que la popularité de Macron continue de s'effondrer. Les sondages du mois dernier ont montré qu'il avait chuté de sept points de pourcentage avec seulement 36% des Français s'affirmant heureux de leur nouveau Président.

Publicité
Publicité

À la même période de leurs mandats, les prédécesseurs François Hollande et Nicolas Sarkozy se situaient respectivement à 56% à 66%. Emmanuel Macron n'est d'ailleurs pas le seul à rencontrer des difficultés, puisque son gouvernement est jugé pas assez actif. Au sein de l'Assemblée nationale, sa majorité subit également les événements en brillant parfois par son amateurisme. Trois premiers mois compliqués et une rentrée qui s'annonce explosive sur fond de réforme du code du travail.

200 000 signatures pour une pétition

Au cours de sa campagne présidentielle, Macron avait promis de « clarifier » le rôle de la femme du président en lui donnant un statut officiel, décrivant la situation actuelle comme une « sorte d'hypocrisie française ». Et Emmanuel Macron d'ajouter : « J'aimerais avoir un cadre défini et je demanderais que le sujet soit travaillé.

Publicité

La personne qui vit avec vous devrait pouvoir jouer un rôle et être reconnue pour ce rôle ». On reconnaît bien là l'inspiration Obama, qui a beaucoup misé sur la popularité de son épouse Michelle durant son mandat. A l'heure actuelle, ni la constitution française ni le protocole n'offrent un statut officiel au partenaire du Président de la République. Malgré tout, le budget concernant le fonctionnement du rôle de Première dame est estimé à 450 000 € par an. Si la pétition lancée sur ce sujet a recueilli autant de succès, c'est aussi parce que le Président de la République souhaite donner un statut officiel à son épouse... tout en insistant pour faire passer la loi de la moralisation de la vie politique qui interdit les parlementaires d'employer des membres de leurs familles, notamment leurs épouses.

Un rôle précisé dans les prochains jours

L'artiste et l'auteur Thierry Paul Valette, qui est derrière la pétition, a assuré que « il n'y a aucune raison pour que l'épouse du chef de l’État reçoive un budget de fonds publics.

Publicité

À l'heure actuelle, Brigitte Macron compte deux ou trois adjoints, ainsi que deux secrétaires et deux agents de sécurité, et c'est suffisant ». Valette a déclaré que toute décision devrait être prise par référendum et non par décret présidentiel. « Ce sont les Français et personne d'autre qui doivent décider qui les représente ». Lundi soir, l’Élysée a finalement déclaré qu'il préciserait le rôle de Brigitte Macron dans les prochains jours. Un « rôle public » et non politique, qui ne serait pas rémunéré. « Aucune modification de la Constitution, aucun moyen nouveau, aucune rémunération pour #BrigitteMacron, stop à l'hypocrisie ! #BrigitteMacron joue un rôle, a des responsabilités. Nous voulons de la transparence et encadrer les moyens dont elle dispose », a expliqué Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, sur son compte Twitter. Une difficulté que le gouvernement tente donc de désamorcer, mais qui témoigne bien des difficultés actuelles rencontrées par Emmanuel Macron. Lui, comme sa majorité, sont encore en période de rodage...