Le chef de l'OTAN, M. #Jens Stoltenberg a averti que le monde est aujourd'hui plus dangereux qu'il ne l'était depuis une génération. Selon Jens Stoltenberg, le nombre de menaces différentes sur le terrain dans le monde entier - y compris la Corée du Nord, le terrorisme et une Russie de plus en plus affirmée – font du monde un endroit de plus en plus dangereux. Il a décrit le climat actuel comme le plus difficile qu'il avait connu dans sa carrière de 30 ans.

Stoltenberg a déclaré dans son interview avec The Guardian que «c'est plus imprévisible et plus difficile parce que nous avons autant de défis en même temps; l’instabilité, le terrorisme, la prolifération d'armes de destruction massive en Corée du Nord, une Russie de plus en plus affirmée, font du monde un endroit de plus en plus dangereux ».

Publicité
Publicité

Stoltenberg a fait ces remarques en Estonie où il visitait des troupes britanniques.

Zapad-2017 et le programme nucléaire de la Corée du Nord

La visite s’est déroulée avant l’exercice militaire #Zapad-2017 qui devrait être le plus grand de son genre depuis la guerre froide. L’énorme exercice militaire de la Fédération de Russie et de la République de Biélorussie qui se déroulera du 14 au 20 septembre se tient tous les deux ans selon la décision prise par les chefs des deux Etats et comprendra à cette occasion des activités aux frontières de la Pologne, de la Lituanie et de la Biélorussie. Le but principal de Zapad -qui signifie littéralement l'ouest- est de simuler la défense et la contre-attaque en cas de #Guerre avec les pays membres de l'OTAN.

« La Russie a déclaré que les exercices n'engageront qu'environ 13 000 soldats. Ils ont publié cette information sur le Conseil de la Nato-Russie il y a quelques semaines », a déclaré M.

Publicité

Stoltenberg. « Cela a été utile, mais en même temps, nous avons déjà vu que quand la Russie dit qu'un exercice engage moins de 13 000 soldats, ce n'est pas toujours le cas. Nous l'avons vu dans Zapad 2009 et 2013 où y avaient beaucoup plus de troupes qui participaient. » De l'autre côté du monde, la Corée du Nord a continué à étendre son programme nucléaire et à menacer les États-Unis, ce qui a amené Donald Trump à signaler qu'il libérerait «le feu et la fureur» si ça continue.

Craignant une attaque de son voisin, la Corée du Sud a déployé un système de défense antimissile américain controversé. Au milieu des craintes qu'il puisse engendrer des problèmes environnementaux et sanitaires, des centaines de manifestants ont entouré la base militaire quand le système de défense est arrivé. Après avoir aperçu le Nord tirer un missile balistique au-dessus du Japon, le Premier ministre sud-coréen, Lee Nak-Yeon, a déclaré: "une mesure spéciale est nécessaire pour arrêter leur imprudence".