Nous sommes toujours assis, parce que nous croyons que c'est la seule et unique bonne posture. Que ce soit au bureau, pour manger, ou encore pour se reposer par exemple. Et pourtant voici ce qui se passe: 
1) Il y a une augmentation de très petites tensions dans les tissus. Petites, elles sont donc difficiles à repérer. 
2) Les muscles, les fascias, les tendons, les ligaments ont besoin de la circulation pour être hydratés. En y prêtant attention, vous verrez quelles sont les parties sans cesse compressées dans votre corps (arrière des cuisses, lombaires, organes internes du tronc, muscles fessiers,…). 
3) Une immobilité trop prolongée va instaurer lentement une sorte d'asphyxie dans les tissus. 
4) Les muscles abdominaux ne sont pas assez sollicités. Ce qui engendre une perte du gainage qui devrait maintenir bassin et dos. 
5) La respiration ne peut pas se faire entièrement. 
6) La hanche s'affaiblit. En outre, les grands fessiers ne font plus rien, jusqu'à même oublier à quoi il pourraient bien servir (extensions, levers, marche, frappes). Ce sont alors d'autres muscles qui prennent le relais, mais comme ils ne sont pas destinés aux même fonctions, cette compensation peut causer des blessures. 
7) Les disques de la colonne vertébrale se placent mal. 
8) Si la posture tombe en avant, les muscles des épaules et de la nuque s'affaiblissent d'une part, et les pectoraux se raccourcissent d'autre part. 


Cependant, il n'y a pas non plus de quoi s'affoler. L'important est de garder à l'esprit deux éléments. Tout d'abord, il y a plusieurs manières de s'asseoir: en tailleur, sur les talons, à califourchon, etc. Nous pouvons donc changer de posture tout en restant sur la même chaise. Beaucoup d'activités peuvent aussi se faire en restant allongés, comme lire, visualiser, téléphoner, écouter ou encore visionner. Ensuite, toutes les 20 minutes, il faut penser à se lever pour marcher. Cela afin de faire bouger les articulations des jambes, des bras, et du bassin, mais aussi en profiter pour respirer de l'air frais en profondeur. 


Beaucoup de penseurs, artistes ou scientifiques ont eu des idées au cours de marches. Il faut donc garder à l'esprit qu'il est aussi possible de travailler de la tête tout en faisant de l'exercice facile. Changer de cadre est aussi une source d'inspiration et de réinitialisation de nos points de vue. 
Conclusion: essayez de ne pas rouiller sur place, mais restez en circulation. Car c'est sans doute cela: vivre debout. 


#Education