La France est le premier producteur européen de sucre. La filière représente 4 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Sucre de betterave en métropole, sucre de canne dans les DOM, notre pays en produit plus de 30 millions de tonnes par an.

Du côté des consommateurs, le tableau inquiète les chercheurs qui se penchent depuis plusieurs années sur les dangers du sucre et préconisent des changements dans les directives diététiques. Avec la sédentarité et le gras, le sucre est notamment un facteur d'obésité. Mais pas seulement. De la simple carie dentaire au diabète, les glucides constituent un facteur majeur dans nombre de problèmes de santé.

Publicité
Publicité

Sa consommation est en constante progression.

Naturellement présent dans les fruits et les légumes, le sucre est nécessaire au bon fonctionnement des cellules : il agit tel un carburant énergétique. Comme l'oxygène, le cerveau en a besoin. Mais sans vitamines ni minéraux, le sucre n'apporte strictement aucun nutriment. Et on le retrouve partout.

Difficile aussi de connaître sa réelle consommation de sucre. Agents de conservation, exhausteurs de goût, les sucres ajoutés des plats industriels par exemple joueraient un rôle majeur dans les maladies cardiovasculaires. Autre piège, les produits allégés comme les yaourts : moins de gras, mais plus de sucre !

« Ne mangez pas trop de bonbons ou vous aurez des caries ». Présentes dans la plaque dentaire, les bactéries transforment le sucre en substance acide qui attaque la dent.

Publicité

Les boissons sucrées constituent par exemple un facteur direct sur l'apparition de caries.

Plus grave que les problèmes dentaires, l'ostéoporose. Une maladie favorisée et aggravée chez les enfants et les adolescents qui délaisseraient de plus en plus le lait (et l'eau…) pour les boissons sucrées. Dépourvues des vitamines A et C et des protéines présentes dans le lait, certaines de ces boissons contiennent en outre de la caféine qui diminue d'autant plus l'absorption de calcium. Or celui-ci est vital à la croissance de la masse osseuse. Un phénomène inquiétant pour l'avenir de ces jeunes consommateurs.

Hormis les sodas, les jus de fruit doivent également être surveillés. Il est conseillé de leur préférer le fruit entier, doté de fibres, qui agit sur la satiété. A doses raisonnables néanmoins car le fructose serait responsable de l'hypertension artérielle.

Plus médiatisé, le diabète a fortement augmenté en Occident ces dernières années. Le diabète de type 2 notamment, maladie qui se forme sur le long terme et se traduit par l'incapacité du pancréas à sécréter assez d'insuline pour gérer le sucre.

Publicité

Mais l'autre gros problème du sucre c'est l'accoutumance qu'il provoque : il active la même zone du cerveau que la drogue. Des études sur le pouvoir de cette addiction ont été menées sur des rongeurs. Après les avoir habitués au sucre mais également à des drogues (cocaïne, héroïne), ils ont eu le choix entre manger du sucre ou consommer de la drogue. 90% des rats ont choisi le sucre !

Attention toutefois à ne pas chercher à éliminer le sucre trop brutalement de son alimentation car il provoque de véritables symptômes de manque. Il conviendrait plutôt de diminuer peu à peu les quantités en surveillant son alimentation et la composition des plats achetés. Cuisiner soi-même constitue aussi un bon début.