Dans son projet de #Loi concernant les professionnels de la santé, Marisol Touraine, la ministre de la santé, veut supprimer l'intervention des médecins à domicile entre minuit et 8h du matin. Il faudrait donc nécessairement se diriger vers les urgences et ce, même à 2 h00 du matin et même avec un nourrisson sous le bras, sans voiture et quand les pompiers ou le SAMU ne veulent pas se déplacer. Ensuite il faudra patienter de longues heures dans les couloirs de l'hôpital (en général 4 ou 5 bonnes heures) alors que le bébé pleure avant d'être enfin reçu par un interne qui vous délivre juste une ordonnance (ce que peut très bien faire le médecin à domicile).

Publicité
Publicité

Les personnes les plus concernées sont les personnes âgées car elles ont une santé fragile, ne peuvent souvent pas se déplacer seules et ont absolument besoin d'une prise en charge à domicile.

L'association a de ce fait lancé une pétition sur le site change.org, dont le titre est : Dites NON à la suppression des visites à domicile des médecins de minuit à 8 heures du matin ! Parmi les personnes qui ont signés cette pétition on trouve des raisons comme : « je signe parce que les médecins des hôpitaux dénoncent être débordées par des urgences qui pourraient être traitées par des médecins à domicile » ou « nous avons des enfants en bas âge et SOS médecins à domicile est indispensable ».

Pendant que les médecins urgentistes dénoncent une surcharge de travail et disent être débordés, l'heure serait peut-être aux remises en question de la loi par rapport au travail des urgentistes.

Publicité

En effet face à cette constation, on peut remarquer que les délais d'attente sont toujours très longs aux urgences, surtout la nuit.

SOS médecins se demande bien « ce que la collectivité gagnera à aggraver une situation déjà critique ». Sans oublier que le déplacement de nuit coutera beaucoup moins cher non seulement au patient et aussi à l'assurance maladie ce qui laisse les médecins de nuit et beaucoup de patients dans une incompréhension totale vis-à-vis de ce projet de loi. Cette décision pourrait aussi mettre en danger la santé des patients qui n'auraient pas le courage ou les moyens de se rendre aux urgences. #Grève