Le coordonnateur national de la Guinée pour la lutte contre #Ebola, le Dr Sabota Keïwa, a fait savoir vendredi dernier que les résultats de l'antiviral japonais utilisé lors d'essais cliniques sont positifs et que les essais seront étendus à d'autres centres dans le reste du pays fortement touché par le virus. Ces nouvelles encourageantes viennent peu de temps après les premiers essais d'un vaccin au Libéria.

« La décision d'élargir l'offre de cette molécule à d'autres villes a été prise. Gueckédou a été le premier site choisi et avec les résultats, nous ajoutons le site de la préfecture de N'Zérékoré et avons lancé les premiers essais à Coyah situé à l'est de la capitale », a déclaré le Dr Keïta.

Publicité
Publicité

Ces annonces ont été faites en présence du responsable français pour la lutte contre ebola, le Pr Jean-François Delfraissy, et le président de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale, Yves Lévy, qui ont montré les résultats des essais aux autorités guinéennes.

Pour M. Lévy, l'antiviral est porteur d'espoir, mais il ne veut pas s'emporter insistant sur le fait que la distribution ne peut en être une de masse. « Il ne peut pas être envoyé en grande quantité parce que ce résultat est seulement un espoir, et c'en est un très fragile. Il est absolument essentiel de porter attention et d'accompagner le médicament offert aux victimes pour recueillir davantage de résultats au cours des prochaines semaines sur son efficacité réelle », a-t-il affirmé.

Le favipiravir est produit par une filiale de la compagnie japonaise Fujifilm.

Publicité

Le Pr Delfraissy a insisté que « les solutions novatrices sont essentielles afin de continuer à lutter contre ce virus » toujours présent dans des zones difficiles d'accès dans les trois pays durement touchés, soit le Libéria, la Guinée, et le Sierra Leone. Ainsi, l'équipe de coordination nationale ira chercher les patients dans les zones difficiles pour les amener aux centres et les ramener dans leur famille respectives. C'est une lutte de tous les instants pour les autorités médicales de ces pays.