Fièvre, rhume, toux.. l'épidémie de grippe s'est largement répandue en France ces dernières semaines. Pour lutter contre le virus, la ministre de la santé, Marisol Touraine, a déclenché ce jeudi le plan d'organisation de l'offre de soins en situations sanitaires exceptionnelles.

Depuis le début de l'épidémie, plus de deux millions de personnes ont été touchées par la grippe saisonnière. Parmi elles, le virus a causé 72 décès. Selon l'Institut de veille sanitaire (InVS), cela fait trois ans que la grippe n'avait pas été aussi virulente. Les régions Limousin, Provence-Alpes-Côte d'Azur et Midi-Pyrénées étant les plus concernées.

Publicité
Publicité

Une « situation sanitaire critique » 

Un peu plus tôt dans la journée, les médecins urgentistes avaient tiré la sonnette d'alarme en dénonçant une « situation sanitaire critique » dans les hôpitaux, surchargés à cause de l'épidémie. Le personnel hospitalier demandait une réouverture de lits pour répondre aux besoins des patients.

La ministre a donc déclenché le plan ORSAN et donné des consignes aux agences régionales de santé, afin de le mettre en oeuvre à l'échelle nationale. Une fois appliqué, il devrait permettre d'optimiser la prise en charge des patients et garantir la qualité des soins. 

Marisol Touraine a profité d'une visite à l'hôpital Lariboisière, à Paris, ce jeudi soir, pour saluer « le travail des professionnels de santé ». Elle a également rappelé « l'importance de la vaccination, en particulier pour les personnes âgées ».

Publicité

L'Association des Médecins Urgentistes de France (AMUF) s'est exprimée, à son tour en déclarant : « Nous demandons que les hôpitaux rouvrent des lits immédiatement et que la qualité des soins soit la meilleure possible pour gérer cette situation hivernale ».

Bien que l'inefficacité du vaccin anti-grippal ait été pointée du doigt par une étude de chercheurs américains, la campagne de vaccination a été prolongée jusqu'à la fin du mois de février. Un acte offert par l'Assurance Maladie aux personnes les plus vulnérables (les personnes âgées de 65 ans et plus, les femmes enceintes, les obèses, les professionnels de santé libéraux...).