Blasting News: Le cannabis a mauvaise réputation chez les uns, ou est inoffensif pour les autres. En définitive, quels sont réellement les dangers du cannabis ?

Alfred Bernard: Il y a une différence entre les effets à court-terme et à long-terme. Les effets à court-terme sont surtout dangereux pour les jeunes, les conducteurs et certaines professions qui demandent de la concentration. Parce que le #Cannabis diminue la vigilance, entraîne une baisse des réflexes et déconcentre les jeunes lorsqu'ils sont aux études.

Il y a aussi deux effets à long-terme, mais il y a très peu de données puisqu'il est difficile de faire des études sur quelque chose d'illégal.

Publicité
Publicité

Le premier effet est celui qu'a le cannabis sur le système nerveux central, autrement dit sur le cerveau. On a remarqué que chez les chimpanzés adolescents, leur QI baisse significativement. Ça a donc des effets sur la maturation du cerveau chez les jeunes.

Le deuxième effet à long-terme, et il est plutôt positif, est ce qu'on remarque sur la fonction respiratoire, les poumons. En fait, le cannabis ne cause pas forcément de cancer, contrairement à ce qu'on pense ! C'est plutôt le cannabis mélangé au tabac qui provoque des problèmes respiratoires. Il est aujourd'hui certain que la substance la plus dangereuse de toutes, c'est le tabac en premier lieu, bien loin devant le cannabis. Même s'il ne faut pas oublier que le fait de fumer quelque chose est toujours nocif.

Est-ce réellement plus nocif que les « drogues » légales comme l'alcool et le tabac ?

Hé bien non, pas du tout, bien au contraire.

Publicité

Niveau nocivité à long-terme, le tabac se place en premier sans conteste. La cigarette a fait bien plus de victimes que les grandes guerres ! En deuxième lieu vient l'#Alcool, qui a surtout des effets négatifs à court-terme, comme des comportements violents que l'on n'a justement pas avec le cannabis. Le problème, c'est que tant l'alcool que le tabac sont socialement acceptés, contrairement au cannabis. Les gouvernements ne parlent pas de drogue lorsqu'on parle de l'alcool, alors que c'est le cas. Et dès que le mot « drogue » est prononcé avec le cannabis, cela entraîne un sentiment de peur, parce qu'il n'est pas socialement accepté.

Quel serait le premier danger si le cannabis venait à être autorisé ?

Le plus grand danger viendrait des réseaux qui vendent de la drogue. Pour le moment, ils s'enrichissent grâce au cannabis. Mais si celui-ci vient à être légalisé, ils devront exploiter et vendre d'autres drogues bien plus dangereuses pour gagner leur vie ! Il faudrait donc que dans le cas d'une légalisation du cannabis, les autorités contrôlent davantage ces réseaux pour éviter que de nouvelles drogues soient disponibles illégalement sur le marché.

Publicité

Est-ce que justement la légalisation du cannabis n'entraînerait-elle pas plus vite les jeunes vers ces drogues illégales ?

Il est certain que les gens, en particulier les jeunes, cherchent à franchir les interdits. Il faut donc combattre les autres drogues. Mais encore une fois, on se trompe de cible : ce qui provoque le plus de morts reste le tabac et l'alcool ! Il y a vraiment un marketing de la peur organisé par les lobbys travaillant pour l'industrie du tabac qui manipulent l'opinion publique et les politiciens, qui eux sont très contents de ne pas combattre l'addiction à la cigarette puisque le tabac rapporte énormément à l'Etat, tant au niveau des taxes sur les cigarettes en elles-mêmes que sur les substituts comme les Nicorettes et les patchs de nicotine. Alors que pour le cannabis, il n'y aurait que les taxes sur le produit proprement dit qui pourraient rapporter à l'Etat…

Y aurait-il quand même un avantage à cette légalisation ?

Le premier avantage serait de casser les réseaux de distribution pour obtenir et vendre aux consommateurs un produit de bonne qualité, et pour pouvoir le contrôler. Les Etats-Unis l'ont bien compris, après la leçon de la prohibition dans les années 30 : l'interdiction ne marche pas et ne permet pas d'endiguer la consommation. Aujourd'hui, les Etats-Unis arrivent très bien à contrôler la consommation d'alcool et il est possible de faire la même chose pour le cannabis.

Il y aura aussi un bénéfice pour les personnes qui en ont besoin pour leur santé, les personnes devant subir de la chimiothérapie par exemple. Cela permettrait de baisser les prix.