Alors que la "bataille" entre fumeurs, non-fumeurs, #Cigarette traditionnelles, e-cigarette et tous produits facilitant l'arrêt de la prise de nicotine fait rage, les Américains ne peuvent se fournir dans les commerces de la précieuse pastille du nom de Nicorette. C'est le constat désolant que fait Bob Berens, écrivain et ex-fumeur, dans le Washington Post.

Comme beaucoup d'autres adeptes de la cigarette, cet homme trouve cela particulièrement problématique, car "ces pastilles sont magiques" disait-il à qui voulait l'entendre. De Los Angeles à Brooklyn, plus personne ne peut trouver les petits losanges salvateurs. Et pour cause: la société Glaxo Smith Kline a arrêté l'an dernier la fabrication de cette pastille, pour des raisons de contrôle de qualité.

Publicité
Publicité

Certes, il existe, sous le même label, d'autres produits permettant d'aider les candidats ex-fumeurs, mais pour Berens et d'autres, seules les pastilles leur permettaient de supporter ce manque de nicotine.

L'écrivain se pose maintenant la question de savoir combien de personnes recommenceront à fumer, puisqu'on ne peut trouver ce médicament les aidant à se soustraire de cette dépendance. Pas facile à dire, bien évidemment. Si on estime à environ 21 millions d'Américains qui, chaque année, tentent l'arrêt de la cigarette, tous ne se tournent pas vers ce losange, puisque la e-cigarette, les médicaments traditionnels ou encore les thérapies de remplacement de la nicotine ont leur petit succès également. Mais Berens n'en a cure, pour lui la méthode Nicorette -en pastille- vaut tout l'or du monde.

Publicité

Pour lui, pas de gomme, patch ou spray...

Le fabricant mit sur le marché des USA ce substitut nicotinique en 2002 (bien après la gomme, dans les années 1970), et depuis le chiffre d'affaires ne fait qu'augmenter, pour arriver à un milliards de dollars, dont un tiers pour le losange. Si Nicorette fut retiré, directement par Glaxo, c'est en raison d'un contrôle de qualité, pour plusieurs facteurs (trop épais, trop doux, sous et super puissant", mais sans danger pour le consommateur.

En principe, le même phénomène devrait aussi être constaté en Europe, avec les mêmes conséquences...

#Etats-Unis