Toutes sortes de métaphores viennent à la rescousse des #Femmes dites "indisposées", ce sera pour certaines "la saison des fraises", pour d'autres "les Anglais ont débarqué", en référence aux fameuses tuniques rouges de ces derniers...Le rouge est partout dans le monde, en Suède les femmes parlent mystérieusement de "la grotte des airelles", à Cuba, elles ont la visite du "Petit Chaperon rouge", quant aux Américaines "elles conduisent la voiture rouge"...

Autant d'images pour éviter les "vilains" mots de "règles", "menstrues"... Et tout cela parce que l'inconscient collectif draine son lot de vieilles croyances liées aux religions ou à des légendes toujours associées à la malédiction féminine, voire à l'impureté ou à la souillure!

Les Suédoises en ont assez et le crient haut et fort sur le net où, l'une d'entre elles, Clara Henry, une vidéo blogueuse de vingt ans, a décidé de rompre cette implicite règle millénaire du silence.

Publicité
Publicité

Depuis lors, à grand renfort de citations philosophiques ou littéraires, elle a lancé un vaste débat où les flux menstruels sont devenus une source d'inspiration inépuisable! Des illustratrices, des comédiennes, des chanteuses développent ce thème qui fait actuellement recette!

Les féministes qui se sont emparées du sujet depuis de nombreux lustres en viennent à réclamer le remboursement des tampons hygiéniques. Une revendication que l'on retrouve en France avec le collectif Georgette Sand qui réclame à juste titre, dans une pétition mise en ligne, que le taux de TVA qui s'élève à 20% pour les tampons et les serviettes périodiques passe à 5,5% comme d'autres produits de première nécessité tels les préservatifs, car, disent-elles, "avoir ses règles, ce n'est pas optionnel"!

Quand on pense qu'une femme dépense en moyenne 1500€ au cours de sa vie pour payer ces protections hygiéniques, soit environ le travail de 38 jours ouvrables.

Publicité

Une somme pour le moins faramineuse quant il s'agit d'une personne payée au SMIC, on ne peut qu'agiter avec force le chiffon rouge de l'indignation!