Comment se faire suivre et se soigner correctement lorsqu'on est sans emploi, voire que l'on ne sait ni où dormir, ni comment se nourrir ? C'est à ces difficultés que répond l'association Basiliade, créée en 1993 par Didier Arthaud.

Sida, VIH et précarité

Alors que les personnes vivant avec le VIH sont en moyenne deux fois et demie plus précaires que la population générale et que la crise économique les touche plus particulièrement, Basiliade se veut un lieu d'écoute et d'aides multiples pour ces populations en difficulté. Dès sa création, l'association s'est axé sur l'urgence du logement et la précarité. « Le #Sida est toujours là mais le visage du sida a changé » constate Didier Arthaud.

Publicité
Publicité

Aujourd'hui, ce sont beaucoup plus de personnes migrantes, de marginaux et de personnes « à la rue », très fragiles, aussi bien économiquement qu'émotionnellement qui poussent les portes de l'association, présente à Paris et à Lyon.

Si 30% d'entre elles sont sans revenus, il était essentiel pour l'équipe de ne pas les envisager en fonction de leur statut de SDF ou de personnes précaires mais de prendre en compte leurs parcours singulier, leur identité propre.

Prendre le temps, pour tous

La mission de Basiliade est avant tout d'apporter son soutien à toute personne qui pousse les portes de l'association, porteuse du VIH « ou de toute autre maladie chronique » comme le précise Monique Calon, chef de service. Le mot d'ordre ? Prendre le temps pour accompagner pleinement chaque individu, de façon globale et ainsi créer du lien.

Publicité

En 21 ans d'existence, l'association a vu beaucoup d'individus arriver en ayant perdu tout espoir. L'association propose de suivre chacun à son rythme : soutien psychologique mais aussi financier avec des aides alimentaires et des aides aux transports, ou encore accompagnement pour la réinsertion professionnelle.

Volontaires très engagés se mêlent aux salariés pour proposer un véritable lieu collectif d'échange et d'activités. Ils sont au total 80 bénévoles actifs, qui font de l'écoute leur premier principe d'action. Soutenu principalement par le Sidaction, alors que les financeurs commencent à se détourner considérant que « le sida est une maladie comme les autres », Basiliade mène un combat essentiel.