Dévoilée sur YouTube le 14 juillet, cette révélation est en train de susciter l'émotion aux USA et dans le monde entier. Après trois années d'enquête, le Center for Medical Progress dévoile les pratiques de la Planned Parenthood Federation (l'équivalent américain du planning familial français). Les enquêteurs ont filmé en caméra cachée Deborah Nucatola, directrice des services médicaux, expliquant la revente de pièces d'embryons humains revendus comme des organes humains. Ils n'étaient pas incinérés comme déchets médicaux, tel que le veut l'usage ordinaire de cette opération. Dans cette vidéo, le Dr Deborah Nucatola décrit comment le Planned Parenthood vend des parties de corps de fœtus avortés en ayant recours à l'avortement par naissance partielle, cela pour mieux extraire des organes intacts afin de répondre à la demande.

Publicité
Publicité

"Nous sommes très compétents pour récupérer cœurs, poumons et reins intacts", explique-t-elle sans sourciller.

Une conspiration criminelle inédite

Le Planned Parenthood Federation est bien conscient des risques juridiques encourus dans le fait de revendre des organes de fœtus avortés. La vidéo communique le prix d'achat des organes : 30 à 100 dollars le spécimen (sic). Nous rappelons que la vente et l'achat de tissus fœtaux humains sont un crime fédéral puni de dix ans de prison aux USA.

Dans un bref communiqué, le vice-président a réagi avec difficulté pour justifier cette procédure pour le moins inhabituelle. En jouant sur les mots, il parle de dons de tissus sans nier pour autant que les cliniques du PPF peuvent fournir des organes destinés à répondre à une demande spécifique sous forme de vente...

Publicité

Le gouverneur de Louisiane, Bobby Jindal, annonce l'ouverture d'une enquête à l'encontre du planning familial. Aucune licence ne lui sera accordé tant que l'enquête ne sera pas close. Le FBI assistera le Département de la santé et des hôpitaux. La question de l'IVG et ses dérives ne pourront être évitées dans la prochaine campagne des élections présidentielles américaines. #Barack Obama #Gouvernement #Médecine