Si on trouve des composants de #garcinia dans des compléments alimentaires, tout médicament les utilisant est interdit de vente en France depuis Mai 2012. Il n’a pu en effet être établi que la garcinia cambogia (du Cambodge) présenterait le moindre apport thérapeutique pour obtenir une perte de poids. De plus, selon la concentration dans les médicaments, des effets nuisibles ont été constatés, pouvant provoquer des atteintes hépatiques, cardiaques, neurologiques et musculaires. La garcinia, employée en tant qu'apport dans un régime amaigrissant, est sans doute tout aussi inopérante qu'à plus forte concentration puisque les tests confrontant des médicaments en contenant et des placebos n'ont pu en prouver les présumés bienfaits. Cependant, une récente étude de la faculté de médecine de Houston (Texas), publiée lundi dernier dans Nature, laisse penser que l’acide hydroxy-citrique (HCA) contenu dans ce fruit permettrait d’éroder les cristaux formant les calculs rénaux.

Publicité
Publicité

 

Maladie douloureuse et répandue

Les calculs rénaux affectent près (femmes) ou plus (hommes) de 10 % des populations occidentales. C’est une affection particulièrement douloureuse. Il suffit d’ailleurs de visiter un musée de la médecine pour constater à quel point les instruments chirurgicaux remontant l’urètre et l’uretère pour les éliminer pouvaient épouvanter de par leur diamètre. Actuellement, les sondes et instruments sont (vraiment) beaucoup plus fins et l’intervention peu douloureuse. Néanmoins, les patients récurrents n’y ont recours qu’en cas de formations importantes ou trop volumineuses et tentent d’abord, au prix de réelles souffrances, de les éliminer en urinant. Selon l’étude universitaire, in vitro, soit en plongeant des calculs extraits dans des solutions à forte concentration de HCA, les cristaux sont érodés et se brisent.

Publicité

Mieux, in vivo, mais sur un échantillon de sept personnes seulement, ayant pris du HCA pendant trois jours de suite, il a été déterminé qu’un traitement serait envisageable.

Pour le moment, avant d’envisager un recours à une intervention chirurgicale, les médecins traitent les cas d’urolithiase (ou gravelle, formation de calculs rénaux), prescrivent divers traitements combinant souvent des anti-inflammatoires et des citrates en espérant réduire tant les coliques néphrétiques (douleurs) que réduire ou fragmenter les calculs. Il est toujours aussi indiqué de boire de grandes quantités d’eau (ce qui a aussi des effets contraires pour d’autres types de dysfonctionnements) pour les cas bénins, ou au contraire, de réduire l’apport en liquides.

 

30 ans sans avancée de la recherche

C’est parfois opérant, mais certains calculs peuvent atteindre de fortes tailles (égales ou peu supérieures à 8 mm). Dans ce cas, après détection et localisation, avoir recours à des ondes de choc externes ne suffit pas.

Publicité

Il faut recourir à la cœliochirurgie, voire à des incisions. Utiliser le HCA en traitement prendra du temps pour déterminer les dosages dans un souci à la fois d’efficacité et d’innocuité (forcément relative). Resterait surtout à enfin réellement mieux comprendre comment – et surtout pourquoi – se forment ces calculs. Le nouveau médicament représentera la plus récente avancée pharmacologique préventive (mais aussi curative) en ce domaine depuis plus de trois décennies lorsqu’il sera mis sur le marché. Le HCA est aussi présent dans d’autres plantes, comme l’hibiscus. Il n'est pas sûr qu'avoir recours à des compléments alimentaires ou à la consommation de fruits de ce type suffise à limiter (voire réduire) la croissance des cristaux. #douleur #calcul rénal