Cela fait plusieurs années qu’ils sont critiqués, bien qu’aucune preuve de leur dangerosité n’ait été apportée. Pourtant il semblerait que l’étude menée par le chercheur suisse Stefano Mandriota et l’oncologue André-Pascal Sappino depuis 2009 montre la dangerosité des sels d’aluminium. Notamment pour leur rôle dans l'apparition du cancer du sein

Les sels d’aluminium présents dans de nombreux cosmétiques

Ces fameux sels sont notamment contenus dans les antitranspirants. On les retrouve sous l’appellation "aluminum chlorohydrate", ou "aluminum zirconium pentachlorohydrate » dans les ingrédients notés sur les emballages.

Un étude débutée en 2009

Dans leur étude publiée dans l’International Journal of Cancer, les scientifiques expliquent qu’ils ont mis en contact des cellules mammaires de souris et des sels d’aluminium.

Publicité
Publicité

Les concentrations en sels mises en contact avec les cellules de souris étaient dans des concentrations 1000 à 100 000 fois inférieures que celles dans contenues un déodorant.

Par la suite ces cellules mammaires sont réimplantées à des souris. « Chez toutes, on a constaté le développement de tumeurs à des degrés divers, mais parfois très agressives, formant des métastases », est-il expliqué dans l’article.

Pas de preuve irréfutable mais une forte suspicion

Les résultats de cette étude ne permettent pas de dire avec certitude que les sels d’aluminium provoquent le #Cancer du sein. Mais une étude parue en 2012 et qui avait utilisé des cellules mammaires humaines mises au contact de sels in vitro, tendait à montrer les mêmes résultats. Elle énonçait : « L’aluminium perturbe leur comportement et leur fait prendre des comportements de cellules malignes ».

Publicité

Selon les chercheurs suisses, la raison de cette sensibilité à l’aluminium provient dans le fait que sous l’aisselle les cellules de l’épiderme sont plus fines et donc plus sensibles et plus perméables. C’est aussi ici que se trouve le réseau lymphatique qui draine la glande mammaire. Ce qui provoquerait l’apparition de cellules cancéreuses.

Comment prévenir ce problème des sels d’aluminium ?

Les sels d’aluminium sont souvent utilisés comme anti-transpirants. Pourtant, l’Association Santé Environnement France précise que sur des cellules des aisselles saines, l’anti-transpirant contenu dans le déodorant ne rentre que très peu dans la peau. C’est dans le cas de cellules lésées, notamment par un rasage trop régulier par exemple, que les risques sont plus grands. Il convient donc de se raser moins régulièrement les aisselles pour éviter que les cellules n’absorbent les sels. Autre option ; les #Déodorants à la pierre d’alun. Attention tout de même, la pierre d’alun contient des sels d’aluminium. Notamment dans sa version synthétique. Il convient donc de bien lire la liste des ingrédients de votre déodorant pour savoir s'il contient des sels d'aluminium naturels qui seront moins dangereux#Sels d'aluminium