Après plusieurs années de procédure, deux des anciens salariés de la firme #Triskalia ont enfin obtenu gain de cause. La coopérative qui rassemble plus de 18.000 agriculteurs et 4.500 employés est au coeur d'un #scandale environnemental et sanitaire concernant son usage des pesticides. En effet, les salariés et agriculteurs travaillent avec beaucoup de produits chimiques et n'ont pas toujours les protections nécessaires pour garantir leur santé. Ils sont quatre à avoir été diagnostiqués comme intoxiqués aux insecticides, notamment au Nuvan Total, un produit qui est interdit à cause des dangers qu'il peut avoir sur la santé. Deux d'entre eux ont obtenu 100.000 euros de dommages et intérêts pour avoir été exposés à ces produits et avoir été licenciés après l'attestation de leur incapacité de travail.

Les conséquences graves de l'intoxication aux pesticides

Ces employés ont vu leur vie changer quand les produits se sont infiltrés dans leur organisme au fur et à mesure de leurs années de travail. "Le soir, quand je prenais mon fils sur les genoux, il développait des plaques rouges sur le visage. Un jour, en rentrant du boulot, j’ai oublié mon bleu de travail chez moi, près du bassin à poissons. Le lendemain matin, les poissons étaient tous morts", déclare l'un d'entre eux, Laurent Guillou. Devenus hypersensibles aux produits chimiques, les anciens salariés de Triskalia sont victimes de maux de tête, de douleurs musculaires, de vomissements et saignements de nez mais aussi de péricardite et autres problèmes de santé, dès qu'ils s'en approchent. Un problème qui est d'autant plus important que les pesticides ne sont pas seulement présents dans les champs mais partout autour de nous, dans des aliments et produits du quotidien.

Les réglementations européennes sur les pesticides remises en cause

Concernant l'usage de produits chimiques dans les champs et les usines de production, la Commission Européenne est plutôt claire et donne la liste des produits qui doivent être interdits pour des raisons de santé. Elle définit des normes qui cependant ne sont pas toujours respectées car il n'y a pas forcément de vérifications. D'autre part, certains éléments chimiques sont en phase de test et en attendant que la commission statue sur leur utilisation, continuent d'être employés dans les usines. Dans notre industrie aujourd'hui on peut trouver beaucoup de produits chimiques qui ne devraient pas s'y trouver, et ce dans des éléments de notre quotidien comme la nourriture, les produits de beauté, les produits ménagers etc. Etant exposés à ces composants chimiques, le corps finit par les assimiler et on peut maintenant les trouver dans notre organisme, comme l'avait montré une récente étude : on retrouve des pesticides jusque dans nos cheveux. L'indemnisation des anciens employés montre la reconnaissance de la faute de la coopérative, cependant le chemin est long avant la suspension des produits chimiques dans l'industrie agroalimentaire. #Santé