Le VIH est encore un fléau auquel le monde entier doit malheureusement faire face, même en Union Européenne. L’ECDC ou centre européen de prévention et de contrôle des maladies, en coopération avec le bureau régional de l’OMS a fait la confirmation de 30 000 nouveaux cas dépistés dans les 31 pays membres de l’Union Européenne, mardi 29 novembre dernier. L’étude montre aussi que sur 7 européens diagnostiqués séropositifs, 1 seul a conscience de son statut. Voici une explication à ces chiffres accablants sur la séropositivité en Europe. Ces faits s’expliquent par une détection tardive de la contamination sur certains sujets. Selon l’ECDC, 47 % des personnes séropositives ne signalent leur état que tardivement, c'est-à-dire à un stade assez avancé de l’infection.

Publicité
Publicité

Cela équivaut en moyenne à 4 ans après la première contamination. Vient s’ajouter à cela la réticence de certains pays comme la Russie sur le sujet. A elle seule, la Russie concentre près de 64 % des cas dépistés sur le vieux continent. L’immigration, la prostitution ainsi que la recrudescence de la communauté homosexuelle notamment la HSH ou homme ayant des rapports sexuels avec des hommes vient mettre le feu aux poudres. Le centre affirme que les 42 % des cas diagnostiqués sont des HSH. D’ailleurs, la dernière campagne anti-#Sida publiée en France a surtout été axée sur l’homosexualité.

Les solutions apportées par l’Union Européenne

Ces chiffres sont inquiétants à en croire le commissaire européen chargé de la santé et de la sécurité alimentaire de la commission Juncker Vytenis P.

Publicité

Andriukaitis. Selon lui "Ceux qui ne savent pas qu'ils sont contaminés ne peuvent bénéficier d'un traitement qui leur sauvera la vie et peuvent continuer à transmettre à d'autres le virus". Même si des médicaments comme les rétroviraux existent depuis déjà un certain temps, les travaux de sensibilisations sont encore à intensifier surtout avec en matière de dépistage. Des tests rapides à orientation diagnostique ou TROD ont été lancés sur le marché en 2012. L’objectif était de sensibiliser toutes personnes susceptibles de ne jamais faire un dépistage. Une initiative qui a porté ses fruits, puisque parmi les 62 000 personnes testées, 27% n’avaient jamais faits de dépistages. Récemment, des auto-tests ont aussi été lancés sur les marchés, avec 1000 à 1500 articles vendus par semaine. Ces initiatives ont certes porté leurs fruits mais sont encore insuffisantes. #Séropositivité