Entre deux séances de coaching, Lina S. parcourt la capitale à toute vitesse. Baskets aux pieds, cheveux d’ébène au vent et café à la main, elle réfléchit à l’évolution de son programme d’entraînement. Danseuse professionnelle depuis 15 ans et #Coach depuis 2 ans, elle a créé sa propre méthode qui a fait de nombreuses adeptes, appliquer les sensations et la technique de la #Danse au #Sport.

Bois de l’eau, aspire ton nombril, tels sont les mots d’ordre de Lina S. Etant l’une des pionnières de la fusion en danse depuis 2006, elle passe du hip-hop à l’orientale tout en faisant un clin d’œil au jazz. « Dans la danse, je suis entrée-plat-dessert », explique-t-elle.

Publicité
Publicité

Elle décrit son arrivée dans le milieu du sport comme une transformation. « Après des années à pratiquer la danse, j’avais besoin de changer d’énergie. Je discutais régulièrement avec deux coachs sportifs, JC et Sacha, qui avaient une vision de l’exercice physique que j’appréciais beaucoup. Ces rencontres ont été déterminantes et m’ont beaucoup aidé. Même si je dansais 4 à 6 heures par jour, les salles de sport étaient un véritable cauchemar pour moi ! J’avais besoin de perdre du poids, je voulais me muscler, manger mieux et me transformer. J’ai commencé à me renseigner sur les bases de la nutrition et du workout. Ma seule grande erreur, c’est que j’ai été trop perfectionniste. J’ai perdu trop de poids trop vite, j’ai complètement raté mon objectif car je n’avais pris aucune masse musculaire, j’étais toute frêle. C’est en faisant ce constat que j’ai décidé de créer une vision sport-danse. »

Au fur et à mesure du temps, elle a appris à combiner les avantages de ces deux pratiques afin d’en faire ressortir une méthode de travail du corps inédite.

Publicité

« Une séance de danse peut durer des heures tandis que le fitness ne doit pas excéder 60-90 minutes. Selon les danses et les exercices, ce ne sont pas les mêmes muscles qui sont sollicités, j’allie donc les mouvements de l’un et de l’autre pour créer des programmes. Si par exemple, je veux travailler les jambes, je vais m’inspirer du jazz. Pour la taille, je vais puiser dans l’orientale, l’essentiel est le ressenti. », ajoute-t-elle.

« La meilleure publicité, c’est le bouche-à-oreille »

De plus en plus reconnue, la vision du sport de Lina se distingue et ne cesse d’étonner. Depuis 2016, elle organise régulièrement des séances de coaching au Parc des Buttes Chaumont (Paris XIXème). Exclusivement réservées aux femmes, de tous niveaux, ces sessions s’inscrivent dans un but très précis : créer une ligne de corps. « Si le sport, quel que soit son type, dessine les muscles et la taille, ma méthode apporte une sensation supplémentaire grâce à la danse : être en harmonie totale avec son corps. Quelques-unes de mes clientes ont perdu beaucoup de poids tout en restant dans le plaisir, j’en suis vraiment touchée. Rendre une femme plus confiante et plus belle est l’une de mes plus grandes satisfactions », indique-t-elle.

Publicité

Avant cela, elle a été professeur de danse au Studio Harmonic et à la Juste Debout School de Paris.

De plus en plus plébiscitée, Lina, de nature discrète, souhaite toutefois conserver une certaine distance avec les réseaux sociaux. « Pour ma part, je trouve que la meilleure publicité, c’est le bouche-à-oreille, bien que je trouve les réseaux sociaux très pratiques. J’avance doucement mais sûrement, prendre le temps pour chacune de mes clientes est très important. Qu’elles soient pulpeuses ou musclées, est une notion d’équilibre, c’est pour cela que je suis très à l’écoute. Le sport et la danse, ce n'est que de la patience. »

Partenariats, nouveaux entraînements, nouvelle communication, 2017 sera une année riche pour Lina. Un conseil pour la fin coach ? « Mangez quand votre corps le réclame. »