Le but de cet article est de montrer que la préparation à l'#accouchement est d'une aide précieuse pour les futures mamans craintives et anxieuses. Qui dit bonne préparation à la naissance, dit accouchement maitrisé, douleurs dissipées et péridurale évitée!

Publicité

Nous avons la chance de pouvoir bénéficier de la prise en charge par l'Assurance Maladie, de 8 séances de préparation à l'accouchement.

Publicité

Donc si vous souhaitez rencontrer une sage femme, n'hésitez pas ! Une première séance "d'entretien prénatal précoce" est proposée dès le 4ème mois. Vous pourrez aborder vos craintes et pouvoir lui poser des questions sur le déroulement de votre #grossesse(surtout si c'est la première). Les autres séances sont en général entamées à compter du 7ème mois. Vous allez voir que ces séances peuvent s'avérer être extrêmement utiles...

N'ayez pas peur de parler de vos craintes concernant l'accouchement

Nous vivons dans un monde où la grossesse est sur-médicalisée. De ce fait on a tendance à se créer des peurs et des frustrations durant ces 9 mois de grossesse. On pense aux contractions:"pourrai-je les reconnaître ?","ça fait mal ?", aux gestes médicaux:"aurai-je une épisiotomie ?","péridurale ou pas ?". Bref, vous serez submergées par un flot de questions. Et si vous ne chercher pas à trouver des réponses significatives, vous risquez de vous renfermer sur vous-même en tentant de dissimuler vos craintes.

Publicité

Au risque de les voir ressurgir lors de votre accouchement. Le stress et la peur "sans limite" sont les premiers ennemis d'un accouchement réussi !

Vous allez apprendre à gérer vos émotions

Les séances de préparation vont vous permettre d'exprimer vos angoisses. Il est d'ailleurs important de choisir une sage-femme avec qui on se sent à l'aise. Elle vous apportera des réponses claires, qui vous permettront de comprendre chaque étape du processus de l'accouchement. Au fil des séances vous gagnerez en confiance. Vous apprendrez à respirez, à écouter votre corps et à gérer vos douleurs. Et vous comprendrez donc que l'état mental et le stress qui est cumulé en amont est un véritable handicap pour le jour J. Et enfin, vous allez découvrir que vos émotions doivent avoir une limite, tel un "mur rouge à ne pas franchir" ...

"Un mur rouge" pour garder le contrôle sur ses émotions le jour de l'accouchement

Cette image du "mur rouge" qui représente la limite des émotions, et un excellent moyen pour améliorer sa maîtrise de soi.

Publicité

Derrière ce mur on imagine une femme qui est complètement submergée par ses sentiments, et qui ne fait qu'accroître son angoisse et ses douleurs par la même occasion..Face à une telle situation, les sages-femmes ont souvent du mal à raisonner leur patiente. Souvent en cris et en pleurs, la future maman s'est définitivement renfermée dans sa bulle, elle n'entend plus rien...le stress ayant pris le dessus. Il faut donc bien comprendre, que la douleur se maîtrise, qu'il suffit de bien respecter les conseils reçu pendant la préparation, et vous allez ainsi pouvoir vous créer un cocon agréable. Vous y serez confiante, et entre chaque contractions vous serez apte à vous ressourcer en énergie. De plus lorsque une sage-femme viendra vous parler vous serez attentive et le déroulement de votre accouchement ne s'en portera que mieux.

Si vous avez préparé un projet de naissance(accoucher sur le côté, sans péridurale, debout etc...), et si vous arrivez à la maternité en ayant le contrôle sur vos émotions, le personnel médical sera plus enclin à vous aider dans l'accomplissement de votre projet. Une maman raconte : "J'étais suspendue pendant de longue minutes au cou de mon conjoint afin de soulager mes contractions, je ne savais pas que la maternité disposait d'un matériel spécifique pour faciliter les différentes positions d'accouchement. Je vous laisse imaginer ma surprise quand je vois la sage femme ajouter une barre spécifique au lit pour que je puisse m'accrocher dessus. Et c'est ainsi que j'ai pu accoucher debout !" (Maternité St-Joseph Marseille 2011). #Santé