Il a pourtant été révélé que ces petits bouts de coton ne sont pas aussi parfaits que l’on le croyait. Après l’analyse de #tampons hygiéniques de différentes marques, ces derniers peuvent être qualifiés de « véritables poubelles chimiques » du fait des substances chimiques – et parfois toxiques – présentes dans leur composition. Premier gros fléau : la présence de dioxine ! La dioxine est une molécule ayant de nombreux effets néfastes sur la santé de l’Homme. En effet, elle peut entraîner des lésions dermiques, la dégradation du système nerveux, du système endocrinien ou encore des fonctions génésiques. Les tampons peuvent également être la cause du syndrome du choc toxique : une maladie pouvant s’avérer mortelle causée par des bactéries ou des toxines fatales.

Publicité
Publicité

Lorsque l’on insère un tampon, cela peut engendrer des micro-déchirures sur la paroi vaginale. Des bactéries, normalement inoffensives contenues naturellement dans le vagin, peuvent dès lors devenir fatales en contact du sang. Les #Femmes de moins de 30 ans sont les plus affectées par cette maladie mais le risque est présent pour toute femme portant des tampons, et en particulier celles qui les laissent trop longtemps.

Les tampons : un impact environnemental

En plus d’être un risque pour la santé, les produits toxiques, comme la dioxine, engendrés lors de la production des tampons sont aussi mauvais pour l’environnement. La biodégradation des tampons dure des centaines d’années, et plus encore pour ceux contenant un emballage en plastique.

L’alternative : la coupe menstruelle

Bien qu’elle nécessite d’être à l’aise avec son corps.

Publicité

La coupe menstruelle est pour moi la meilleure alternative aux tampons. Ecologique et économique, avec elle on oublie carrément que l’on a ses règles, et parfois même de l’enlever… Une fois que l’on a appris à l’insérer correctement (ça peut prendre un peu de temps pour prendre la main) elle sait se faire oublier. De plus, en silicone médical, elle se désinfecte facilement, respecte notre corps et n’assèche pas notre muqueuse. Par ailleurs, je trouve beaucoup plus naturel de collecter son flux menstruel que de l’absorber de manière agressive pour la flore vaginale. Voir son sang peut paraître écœurant au début mais l’on se fait vite à l’idée que c’est un flux totalement naturel qui n’a rien de répugnant et on finit par s’amuser à comparer les quantités d’écoulement d’un mois à l’autre ou d’un jour à l’autre.

#menstruation