Pourquoi faire du #Rap à Dakar ?

Le rap est un moyen de m'exprimer, de dire vraiment ce que je pense, ce que j'ai sur le cœur. Je me libère dans mes écrits.

Penses-tu que le rap touche la jeunesse sénégalaise, et si oui, pourquoi ?

Le rap touche les sénégalais, beaucoup se rendent compte que cette #Musique correspond à la jeunesse. Elle relate souvent ce qu'on vit en société et dans le monde en général.

Le rap sénégalais ne serait-il qu'une pâle copie du rap américain ?

Les fondamentaux viennent évidemment des Etats-Unis, puisque cette musique est née dans les ghettos vers les années 1970.

Aujourd'hui, chaque pays s'est approprié le Hip-Hop et exprime son identité propre, influencée par le mode de vie local.

Le rap a beaucoup évolué depuis lors, on retrouve beaucoup de MC - ce qui veut dire Maître de Cérémonie- de différents styles .pour se démarquer et toucher un public plus large. Chacun crée un style particulier mais vu que le rap us est plus diffusé par nos médias et sur le net, l'influence joue sur le style. Parfois, inconsciemment, on se met dans la peau de l'autre.

Que dénonces-tu dans tes lyrics ?

Je parle de plusieurs thèmes.

Publicité
Publicité

Je ne me limite pas seulement aux problèmes de société car notre musique est universelle. Je parle du monde, au sens de la planète terre. Je parle aussi de mon vécu, de mes aspirations et de mes vices....

Tes vices, tu peux développer ?

J'aime beaucoup les femmes. Elles m'inspirent, j'apprends beaucoup avec elles. Contrairement à nous les hommes, qui sommes un peu limités, souvent à cause d'un orgueil mal placé, elles sont plus expansives et donnent libre cours à leurs émotions. J'aime aussi la bonne nourriture, la sape, la perfection en gros!!! Péchés capitaux à gogo mais c'est humain je pense!! Je crois qu'on aspire tous à une vie meilleure...

Pourquoi un rap en français plutôt qu'en wolof ?

Je rap en français tout d'abord parce que le français est la langue que j'entends partout autour de moi : à la maison, à l'école, à la télévision, les bouquins que je lis, mon cercle d'amis.

Publicité

Mon frère, Soundiata de VIB crew, m'a transmis le virus. J'ai de tous temps été charmé par la poésie française avant le slam.

Ensuite, parce que je maîtrise mieux cette langue, pour mieux exporter ma musique. Enfin, pour me faire entendre par le colonisateur, j'utilise sa langue

Que dis-tu au colonisateur d'hier, justement ? Es-tu le seul à défendre le rap francophone au Sénégal ?

Ce que je dis aux colonisateurs d'hier, je lui demande de reconnaître que l'Afrique l'a reconstruit et qu'il se doit de respecter l'Afrique et son apport inestimable à travers l'Histoire (les tirailleurs africains, sénégalais, les sportifs, musiciens, intellectuels…) .

Que l'Occident cesse de tenter de diviser l'Afrique et surtout que nos sœurs ne soient plus considérées comme des objets sexuels, nos frères travestis en gigolos, que les déchets ne soient plus déversés chez nous!

Non, je ne suis pas le seul à défendre la rap francophone. Il y a eu Positive Black soul avec Didier Awadi et Duggy Tee, VIB (verbal intellectual ballistic) avec mon frère Soundiata, Daara Ji et Kantiolis, l'ex groupe du rappeur Nix

Maîtrises-tu mieux le français que le wolof?

Je parle le wolof aussi bien que la langue de Molière.

Publicité

D'ailleurs ici, au Sénégal, on me voit comme un français. Comble du paradoxe, lorsque je travaillais pour France Télécom/ Orange, les français de la métropole me demandaient souvent au téléphone si j'étais originaire de Casablanca.

Quels sont tes modèles, si tu en as, tes références?

Un peu vaste comme question. Prenons l'Afrique, je citerai Lumumba, Martin Luther King, Mandela, Kunta Kinté ,El Hadj Omar Tall, Mahatma Ghandi, le taoïsme chinois, les Saintes Ecritures mais je ne suis pas limité, même si je suis chrétien, je scrute beaucoup d'horizons

Dans les années 80, les diplômés de l'enseignement supérieur ne pouvaient accéder à un emploi en lien avec leurs savoirs universitaires. Est -ce qu'aujourd'hui la jeunesse sénégalaise croit en un avenir possible ?

Je dirai que c'est normal vu ce qu'on nous présente depuis l'école,la télé, les touristes qui vont et viennent, le web. Aujourd'hui, la médiatisation et toutes les infos accessibles font miroiter une fiction insupportable. On se rend compte qu'il y a plus de portes fermées qu' ouvertes et beaucoup désespèrent devant cette réalité.

Est-ce qu'en choisissant le rap, tu ne rejettes pas ta culture musicale, le Mbalakh*?

Le Mbalakh n'est pas une culture je dirai plutôt un style de la musique sénégalaise. Au Sénégal il y a le métissage : les diolas, sérères, lébous, manjaks, mankagnes, sarakholés, wolofs, … beaucoup d'ethnies. Imagine le retard on se focalise sur le Mbalakh. A l'échelle internationale ça ne passe toujours pas. Les artistes de renommée mondiale, comme Youssou Ndour ont adapté leur style à celui de l'occident.

L'identité sénégalaise????pffff!!! En voie de disparition, de nos jours, c'est plus Rihanna que Fatoumata.

Penses-tu que Youssou Ndour soutient les jeunes artistes sénégalais?

L'actualité de Youssou Ndour ? j'en sais pas grand-chose. On a vu pas mal d'artistes, mais jamais, à leur apogée- on croirait que quelque chose cloche.

Concernant le Hip Hop non. Peut -être les autres horizons.

* le Mbalakh est un type de musique populaire d'origine sénégalaise, dansant et rythmé.

Propos recueillis par Elisabeth BOP