J'ai vu Kristen Stewart dans le film Panic Room, aux côtés de Jodie Foster, sans remarquer sa prestation plus que çà. 

J'ai ensuite succombé à Twilight, à Robert Pattinson, à Kristen Stewart, mais je ne n'expliquerais pas en quoi ces #Films m'ont marqué, cela est trop personnel. Quoi qu'il en soit, j'ai découvert une actrice sublime, avec énormément de talent, de grâce, de spontaneité, de fraîcheur. Cela est très rare à Hollywood.

Ce qui m'amène à parler du film Sils Maria, d'Olivier Assayas, sorti au #Cinéma, le 20 août dernier, avec Juliette Binoche, et Chloë Moretz. Je vois ce film, comme une métaphore de la propre carrière de Kristen Stewart, comme une mise en abîme de sa carrière.

Publicité
Publicité

Le film raconte l'histoire de Maria Enders. Elle a connu le succès à 18 ans, en jouant le rôle de Sigrid, une jeune femme ambitieuse et au charme trouble, qui va séduire une femme d'âge mûre, Helena, dont elle est l'assistante. 20 ans plus tard,  on lui propose de reprendre le rôle d'Helena, pendant que Sigrid sera joué par une jeune actrice prometteuse, Jo-Ann Ellis, connu pour ses frasques et  pour avoir jouée dans des films pour adolescents.

Kristen Stewart, joue, quant à elle, l'assistante personnelle de Maria Enders, Valentine. On assiste au fil du film, à une dégradation de sa relation avec Maria, les désaccords se multiplient entre elles, notamment au sujet de la vision que Valentine a du personnage d'Helena.

Valentine voit dans Helena une femme humaine, pleine d'humanité, fragile, justement, à cause ou grâce son humanité, alors que Maria n'arrive pas à s'identifier au personnage.

Publicité

Elle la voit comme une femme faible, soumise, fragile au mauvais sens du terme. Cela tient aussi au fait que Maria a interprété Sigrid, 20 ans auparavant. Valentine lui reproche de ne pas accepter d'avoir vieilli, de ne pas accepter de se confronter à la jeunesse, à travers l'actrice qui va jouer avec elle et reprendre le rôle de Sigrid, dans la pièce. Elle lui reproche de vouloir rester jeune, de vouloir rester Sigrid.

 En fait, Valentine se sent personnellement visée, au fond, Maria n'est pas d'accord avec sa vision de la pièce, mais en fait, elle est en désaccord avec elle sur sa vision de la vie, pas seulement sur sa vision de la pièce. Valentine s'identifie à Jo-Ann Ellis, la jeune actrice qui monte à Hollywood, promise à une brillante carrière, malgré ses rôles dans des films pour adolescents, mais au tempérament rebelle. 



Elle admire son côté anti-conformiste, sa rébellion contre le système, sa manière de dire ce qu'elle pense, ce qui est rare à Hollywood, son franc-parler, sa façon de ne pas prêter attention à ce qu'on pense d'elle. 

C'est là que commence la mise en abîme avec la propre vie de Kristen Stewart.

Publicité

Découverte très jeune, promise à un brillant avenir, puis on l'oublie. Elle revient quelques années plus tard, dans un film pour adolescents, Twilight, qui la repropulse sur le devant de la scène.

Comme le personnage de Jo-Ann Ellis, elle assume les films qu'elle fait, elle y cherche quelque chose de plus profond, elle rend son personnage plus profond, plus intense, de par son jeu d'actrice.  Le parallèle est fait avec Jo-Ann Ellis, jouant dans un film de science-fiction, en costumes, qui au premier abord, pourrait ne pas paraître intéressant. Comme elle, elle croit à son personnage, et à ce qu'elle dit, comme elle l'a affirmée récemment dans une interview. Tous les films qu'elle fait, elle les fait pour elle, et parce qu'elle y croit, et elle s'y donne à fond.

L'autre similitude est que Kristen Stewart est connue à Hollywood, pour être  rebelle, terme qui peut paraître stigmatisé, tellement qu'il est utilisé. Elle dit ce qu'elle pense, quitte à choquer, ou à s'entendre dire qu'elle a pris la grosse tête. Comme cela est arrivé récemment, suite à une interview dans laquelle  elle disait qu'elle pouvait obtenir un rôle en un claquement de doigts. 

Autre élément troublant, lorsque Valentine répète la pièce,  elle joue le rôle de Sigrid, avec Maria,  j'ai pu constater que le comportement de Sigrid se reflète dans celui de Valentine, et le comportement d'Helena se reflète dans celui de Maria. 

On dirait que Valentine est Sigrid et que Maria est Helena, les rôles se confondent, comme le rôle de Jo-Ann Ellis, qui joue la jeune fille qui pousse Helena au suicide, et celui de Valentine, se confondent. En effet, autre similitude, Valentine est l'assistante de Maria, et elle finit par renoncer à son poste, et à l'abandonner, tout comme Sigrid abandonne Helena.

L'histoire ne nous dit pas si Maria se remet cette séparation ou non. Quoi qu'il en soit, les deux personnages principaux, Valentine et Maria déclarent elle-même, que cette pièce est troublante, voire dérangeante, lorsqu'elles la répète. 

Les mots que prononcent Jo-Ann Ellis, à la fin du film, pourraient être replacés dans la bouche de Valentine: en effet, celle-çi dit qu'Helena n'est déjà plus rien, au moment ou Sigrid lui annonce qu'elle part travailler ailleurs, et qu'elle la quitte par conséquent, et qu'il n'est pas nécessaire de s'attarder sur elle plus que nécessaire. 

N'est-ce que pas au fond ce que pense Valentine de Maria, elle qui admire la jeune actrice Jo-Ann Ellis, qui est son actrice préféré. Elle qui est en conflit avec Maria au sujet de sa carrière, de la pièce, de la vie. 

Valentine est le double de Sigrid, et au fond, elle court à la perte de Maria, à la fin de sa carrière.  

En fait, Kristen Stewart est Sigrid, la jeune fille ambitieuse, et Juliette Binoche est Helena, la femme d'âge mur qui ne s'est pas vu vieillir, qui veut rester jeune, à tout prix. #Célébrités