Ce n'est pas la première fois qu'ils viennent au Park&Suites Arena de Montpellier, ils s'y étaient déjà produits en 2011. Comme quoi la ville et l'ambiance méridionale de la Belle Languedocienne, même au coeur de l'hiver, leur plait. Les Enfoirés reviennent donc dans l'Hérault du mercredi 21 au lundi 26 janvier prochains pour 7 représentations au profit des Restos du Coeur, dont 3 ( dimanche après-midi, dimanche soir et lundi) filmées en vue du futur DVD.

Mais l'organisation monstre a fait pas mal couler d'encre ces dernières années, notamment concernant les coûts supposés faramineux de la mise en place du spectacle (décors, technique, costumes...) et les frais annexes liés au logement et au transport des artistes.

Publicité
Publicité

Il est vrai que même pour une cause caritative, on imagine mal Pascal Obispo, Bénabar ou Zazie dormir près d'une semaine dans une caravane sur le parking ou dans un petit hôtel déclassé du centre ville. Et multiplier le nombre de nuitées en trois étoiles par le nombre d'artistes présents peut effectivement donner le vertige, surtout aux plus démunis.

Le prix des tickets fait aussi beaucoup parler. Soit 43€ la place en fosse (debout, donc) et 53€ la place en gradins (assis, mais loin de la scène, très loin) pour le premier soir, qui reste le moins cher. Pour les représentations suivantes, c'est 53€ en fosse et 65€ en gradins.

La mention, en gras sur le site officiel, "Tout le monde paie sa place, y compris les bénévoles", en a heurté plus d'un à Montpellier. Mais rien de nouveau à vrai dire, et l'organisation se défend dès la ligne suivante, en précisant que même les invités des artistes paient leur place (même si l'ont peut douter que Patrick Bruel fréquente beaucoup de personnes au RSA c'est déjà bien) et que "c'est l'occasion de voir un grand nombre d'artistes, réunis pour la plus grande affiche de l'année et, d'autre part, tout le bénéfice sert à financer les actions des Restos du Cœur." (sic).

Publicité

Bref, morosité et crise ambiante obligent, ça grince un peu des dents à Montpellier et tout le monde ne se réjouit pas forcément de façon aveugle, comme le confie Monique (*), bénévole aux Restos du Coeur locaux depuis près de 5 ans: "l'évènement en soi a le mérite d'exister et, symboliquement, il est nécessaire qu'il ait lieu, explique la quinquagénaire. Mais pour ma part je ne m'y rendrai pas. Le tarif n'est pas dans mes moyens et au regard de la situation des bénéficiaires des Restos, je trouve que ça a presque quelque chose d'indécent. C'est comme si ce spectacle, pourtant monté à leur profit, leur était interdit d'accès. Financièrement, les grands hôtels et restaurants de la ville, qui vont accueillir toutes ces stars, doivent certainement se réjouir. Mais moi, ces soirs là, je serai sûrement plutôt en train de distribuer des repas."

Une venue qui fait d'autant plus débat que l'Hérault est particulièrement touché par la crise et fait partie des départements français où le taux de chômage ( 15% fin 2013) et le pourcentage de ménages en dessous du seuil de pauvreté est particulièrement élevé.

Publicité

Rien que pour Montpellier même (250 000 habitants), on ne compte pas moins de 8 centres de distribution des Restos du Coeur et, pour le département, plus de 1 200 bénévoles tentent d'assurer la survie de de 24 500 bénéficiaires.

"Après, temporise Monique en conclusion, c'est très bien que les gens ayant les moyens aillent voir le spectacle, heureusement qu'ils le font (les billets sont d'ailleurs déjà presque tous vendus NDLR) Mais, personnellement, j'ai l'impression que, au bout de 30 ans d'existence de l'association, la base (les bénéficiaires et les bénévoles) se sent de plus en plus exclue de cet événement. Et c'est dommage."

(*) elle a tenu à ce que son prénom soit changé.