Le chanteur Jean-Luc Lahaye, âgé de 62 ans, a été interpellé mercredi par l'Office central de répression des violences aux personnes (OCRVP), puis remis en libertéLe chanteur est soupçonné de corruption de mineure aggravée, proposition sexuelle à une mineure de moins de 15 ans en utilisant un moyen de communication électronique et détention d'images pornographiques représentant des mineurs. Ces faits remontent apparemment à 2013 et il devra bien évidemment comparaitre devant un tribunal le 23 mars prochain.

L'interprète de « Femme que j'aime » sous contrôle judiciaire

Son avocat, Jean-Philippe Touati, a assuré que le chanteur n’a pas fais l’objet d’une mise en examen, mais d’une enquête. Celle-ci a démarrée à la suite d’un "signalement par un réseau social sur lequel circulaient des informations suspectes et des images à caractère sexuel dont il était destinataire." Contrairement a certaines rumeurs, son ordinateur, qui a été fouillé et analysé par les services de police, ne contient aucune image de nature pédophile ou pornographique.

Ce n’est pas la première fois

Celui qui dit être attiré par les femmes plus jeunes que lui, ancien enfant de la DDASS, avait déjà été condamné à 10 000 euros d’amende en 2010 pour avoir eu des relations sexuelles avec une jeune fille qui n’était pas encore majeure (elle avait un peu moins de 15 ans lors des faits). Les charges du viol n’avaient pas été retenues car la plaignante, selon les dires de Jean-Luc Lahaye, avait fourni une fausse identité et donc un faux âge (elle lui a assuré qu’elle avait la majorité sexuelle).

Pour se défendre, le chanteur sexagénaire prône l’acharnement médiatiqueIl ajoute aussi, "tout le monde sait que j'aime les jeunes filles, mais pour moi, ce sont des filles de 18 à 30 ans", souligne-t-il, ajoutant que "les enfants ne (l)'intéressent pas (sic)." Puis sur Europe 1 ce vendredi matin, il se disait "poignardé dans (sa) dignité d'homme", mettant en avant les associations de protection de l'enfance qu'il anime et aide.

Cette malheureuse histoire risque de ternir, une fois de plus, la réputation sulfureuse du chanteur. #Célébrités #Justice