Le 7 octobre 2012, le groupe Canal plus rachète la chaîne Direct, qu'elle renomme D8. Pour donner de la crédibilité à la chaîne, le groupe fait venir l'émission de France 4: "Touche pas à mon poste", présentée par Cyril Hanouna, entouré des chroniqueurs déjà en place, comme Enora Malagré ou Jean-Michel Maire. L'émission se veut une émission de décryptage du petit écran.

Plus de moyens grâce au Groupe Canal

L'équipe bénéficie d'un budget revu à la hausse: nouveaux chroniqueurs, nouveau plateau... Tout ceci permet à Cyril Hanouna de faire de son émission un "monstre" télévisuel s'imposant comme le leader de la casse ô combien difficile de l'accès prime-time, qui, sur les chaînes généralistes, permet de lancer le journal de 20 heures.

Publicité
Publicité

Le succès de TPMP ne se fait pas en un jour mais se construit sûrement avec des rubriques fortes comme le journal de Bertrand Chameroy, "Ce qu'il ne fallait pas louper" et la rubrique de Camille Combal.

Les chroniqueurs prennent leurs marques mais se caricaturent eux-mêmes: Enora la grande gueule, Jean-Michel Maire, ancien reporter de guerre et spécialiste auto-proclamé du sexe, Christophe Carrière, éminent critique cinéma et brocardé pour sa coupe de cheveux, Jean-Luc Lemoine enfin, qui adopte une attitude de sniper de la blague, un peu comme Laurent Baffie. L'émission traite de sujets télé, les analyse, explique pourquoi telle ou telle émission ne fonctionne pas autour d'invités venant faire leurs promotions.

Le compte facebook de l'émission atteint près d'un million huit cent mille followers aujourd'hui.

Publicité

Le succès est au rendez-vous. Le cru 2013-2014 est sans doute le meilleur, dépassant très souvent en audience le Grand Journal d'Antoine de Caunes.

Une saison de trop?

Mais malgré les audiences de cette année qui cartonnent, cette saison est-elle celle de trop? L'homme est un boulimique de travail et un novateur: l'émission radio "Les pieds dans le plat" sur Europe 1 en fin d'après-midi, les prime-times "L'oeuf ou la poule" (qui étrangement a la même audience que TPMP) et The Cover ("l'accident industriel"selon l'animateur), ainsi que la production des émissions de ses protégés ("Comment ça va bien?" pour Camille Combal et "Derrière le poste" pour Enora Malagré).

Cyril Hanouna a voulu donner un nouveau souffle à son émission phare, qu'il décrit désormais comme une émission de divertissement et non plus d'informations sur les médias. Mais des coupures de publicité à rallonge, dès les 7 premières minutes, gâchent le plaisir des spectateurs. Autre point noir: le nombre astronomique de chroniqueurs qui sont 22 et qui n'apportent rien à l'émission.

Publicité

Ont été engagés la fameuse Nabila pour donner "son avis sur la télé-réalité" (mais on s'est vite aperçu que la chroniqueuse était là pour se faire vanner pour son inculture), le rappeur Lafouine (sûrement un spécialiste #Télévision encore méconnu qui argumente ses propos par "c'est de la merde") et chaque jour un spectateur pris au hasard dans le public pour jouer le chroniqueur (idée heureusement vite abandonnée).

En juin dernier, Cyril Hanouna avait prévenu "mes petites beautés, l'an prochain, il y aura encore plus de happenings"). L'happening consiste à faire faire à l'invité un peu n'importe quoi: se mettre de la peinture sur le visage, rentrer les pieds nus dans une boîte remplie de serpents... Donc oui TPMP est devenue une émission de divertissement, rappelant "Coucou c'est nous" de Dechavanne, dont Hanouna aime tant se moquer en ce moment. Ne jouons pas les rabats-joies, il y a encore des informations sur la télévision, mais l'animateur ne laisse quasiment plus le temps à ses chroniqueurs d'argumenter leurs propos entre deux rires et un oeil sur l'horloge pour avoir le temps de faire ses happenings.

Alors faites comme moi, je mets TPMP en fond sonore, glanant les quelques informations qui m'intéressent.