Un physique à mi-chemin entre le Père Noël et le commandant de bateau. Casquette vissée sur la tête, bretelles, petites lunettes, et surtout grosse barbe bien blanche, George R. R. Martin a à première vue tout du grand-père sympathique et rigolard dont rêve les enfants. Difficile d'imaginer derrière la bonhomie du personnage un univers aussi glauque, fait de torture, d'inceste, de castration, de sang et de boue. C'est lui, le père de l'oeuvre de fantasy la plus adorée des amateurs du genre. C'est lui qui, depuis que HBO a décidé d'adapter à l'écran ses folies littéraires, règne sur le trône du monde, bien qu'il soit adulé depuis plus de vingt ans par les fidèles lecteurs de la saga Game of Thrones.

Publicité
Publicité



L'écriture dans le sang



Animée par un véritable souffle littéraire, des personnages souvent tordus, des intrigues nébuleuses, et une trame narrative pour le moins complexe, son oeuvre est sans égal. Souvent comparée à la trilogie du Seigneur des Anneaux de Tolkien, la saga du Trône de Fer va plus loin, beaucoup plus loin et s'adresse à un public averti, mais aussi avide d'obscurité. Avant la consécration, George R. R. Martin a connu une carrière un peu plus discrète : sans travail après des études de journalisme, il passe l'été de ses 23 ans, en 1971, à coucher sur le papier des nouvelles, confirmant ainsi une vocation qui l'habitait déjà au lycée, alors qu'il écrivait des fanfictions de comics et de super-héros Marvel. Tantôt superviseur de tournois d'échecs, puis professeur, il continue de gratter la feuille, remporte plusieurs prix, et voit sa renommée grandir.

Publicité

Très vite, sa culture et son imagination séduisent les producteurs d'Hollywood, et il devient au début des années 1980 scénariste de séries télé comme La Cinquième Dimension. Après dix ans de bons et loyaux services, il quitte le navire, lassé par le format télévisuel qui l'empêche de laisser pleinement aller son imagination. Avec déjà un certain nombre de romans et de nouvelles à son actif, George R. R. Martin va bientôt rentrer dans une autre dimension.



Le triomphe Game of Thrones



À l'origine, une vision. Celle d'un jeune garçon qui assiste à une décapitation et qui rencontre des loups dans un paysage de neige. Nous sommes en 1991. George R. R. Martin se lance à corps perdu dans une aventure qu'il imagine comme une trilogie. Le premier volume, A Game of Thrones, a song of ice and fire, paraît cinq ans plus tard, en 1996. Suivent assez rapidement A Clash of Kings, en 1999, puis A Storm of Swords, en 2001. Les trois romans remportent le prix Locus de la meilleur oeuvre de fantasy, et la légende est en marche.

Publicité

Les royaumes grandissent, les personnages se multiplient, et l'auteur poursuit sur sa lancée, alors que le succès grandit au fil des tomes. George R. R. Martin rencontre davantage de difficultés pour coucher sur le papier la suite des aventures des Sept Royaumes. Les opus A Feast for Crows puis A Dance with Dragons paraissent en 2005 et en 2011. Depuis, les fans attendent avec impatience le prochain numéro, The Winds of Winter, normalement prévu pour 2016. Le monde du cinéma lui tend les bras, désireux de trouver le successeur fantasy du Seigneur des Anneaux, mais Martin peine à imaginer un film capable de retranscrire fidèlement la complexité de ses intrigues ainsi que la multitude de ses personnages. Il repousse plusieurs offres avant d'offrir en 2007 à la chaîne américaine HBO les droits d'adaptation de son oeuvre en série. Jackpot. La suite, on la connaît : Game of Thrones envahit les petits écran, et le succès est planétaire. Le père du Trône de Fer participe à la fête, et écrit le scénario d'un épisode par saison. #Séries TV #Télévision



La saga aura-t-elle une fin ?



C'est la plus grande crainte des lecteurs. George R. R. Martin a désormais 66 ans, et les deux derniers volumes se font cruellement attendre. Il faut dire que le génie travaille à son rythme, et surtout qu'il est habité par une certaine méticulosité. À titre d'exemple, il a réécrit à trois reprises le cinquième opus. Dans un entretien accordé au magazine Rolling Stones, l'intéressé confiait d'ailleurs qu'il devrait peut-être se dépêcher de boucler l'affaire. Pourtant, au grand dam des plus impatients, Martin travaille parallèlement sur d'autres projets : il vient en effet d'officialiser un nouvel accord avec HBO pour le développement d'une série intitulée Captain Cosmos qui plongera le téléspectateur en 1949 (un an après sa naissance) pour suivre le quotidien d'un scénariste de science-fiction qui tente de convaincre des producteurs de miser sur ses projets très ambitieux pour l'époque. Un peu autobiographique, dirons-nous. En attendant, la série télé Game of Thrones a rattrapé l'oeuvre littéraire, tant et si bien que la saison 5, diffusée à partir de ce dimanche, couvre les deux derniers volumes de l'oeuvre de Martin, posant un réel problème aux scénaristes quant à l'avenir du show. Dès l'an prochain, la série pourrait donc prendre un nouveau tournant, et s'éloigner de l'imagination de son cher papa. Ce dernier, malgré les différentes entreprises sur lesquelles il planche, a reposé ses valises à Santa Fe au Nouveau-Mexique où il vit depuis près de 40 ans. Avec l'ambition de pouvoir remplir au plus vite sa hotte de nouvelles histoires sanglantes.