Les chiffres parlent d'eux-mêmes : la page Facebook de Game of Thrones affiche près de 15 millions de groupies, ils sont en moyenne 5,2 millions devant HBO, le diffuseur, à chaque épisode, et la série est la plus téléchargée illégalement dans le monde par les pirates impatients de découvrir la suite des aventures du Trône de Fer. Multiples sont les raisons qui expliquent un tel succès, de la création de son propre monde et de ses propres codes, à son casting hors norme, en passant par la large palette d'ingrédients hyper-addictifs qui la compose, le sang, la guerre ou encore le sexe. Mais le plus simple, pour comprendre le triomphe du show TV, c'est encore de laisser les fans en parler.

Publicité
Publicité



Caroline, spectatrice assidue, lectrice boulimique



Il m'a fallu six mois pour avaler tous les bouquins. Je pense que la clé de son succès, c'est déjà son suspense : contrairement à la plupart des séries, impossible de prévoir à l'avance qui va mourir, et les morts des personnages arrivent toujours quand on ne s'y attend pas, même pour ceux qui ont lu les livres ! Autre raison : la qualité de la réalisation. On est très très loin du bête fond vert devant lequel se tournent les séries classiques de fantasy. C'est plus facile de s'immerger dans le décor et même s'il y a des dragons, ça parait presque réel ! Il y a l'histoire évidemment, qui regroupe ce que tout le monde adore : du sang, du sexe, des guerres, des trahisons, des histoires d'amour, des rivalités familiales : les ingrédients de toutes les meilleures séries regroupés en une seule.

Publicité

Cet univers hyper prenant et des acteurs charismatiques arrivent à faire aimer la série à n'importe qui. D'ailleurs, je pense que les gens qui disent ne pas aimer Got n'ont pas regardé la série, ou n'ont vu que des extraits.



Yann, observateur avisé

Il y a plusieurs éléments qui sont partagés par les fans du show. C'est clairement une série générationnelle qui met à mal tous les codes des séries des années 80 au début des années 2000. Tout d'abord, n'importe quel personnage peut clamser et il y a ce plaisir coupable et un peu sadique de regarder GOT tout en sachant que ton perso préféré peut passer l'arme à gauche. Ce qui crée une forme d'adrénaline chez le téléspectateur. Auparavant, il n'y avait pas d'effets de surprise, les mecs cools et sympas étaient épargnés et une saison se terminait toujours par un happy end. De plus, nous ne sommes pas dans le manichéisme, les bons contre les méchants. Chaque personnage a sa part d'ombre. Ce qui n'était pas le cas dans les shows américains auparavant où les protagonistes principaux étaient avant tout des mecs sans vices et sans reproches.

Publicité

Les personnages sont donc plus réalistes, plus ancrés dans la réalité. C'est aussi la première série a avoir autant fait le buzz sur les réseaux sociaux, notamment Twitter. De quoi intriguer et donner envie aux jeunes de notre génération, éduqués au web 2.0 de suivre le show. Autre élément, le choix du casting qui est très intelligent. Que des inconnus (ou presque) d'origine britannique. Pas de stars hollywoodiennes. De quoi permettre aux fans de facilement s'identifier aux personnages. En temps de crise, le monde fantastique de GOT est également l'occasion s'évader, de sortir de ce climat morose. Enfin, il y a du cul, des beaux mecs et des meufs canons et là, pour le coup, années 80 ou années 2000, ces ingrédients sont toujours aussi efficaces.



Guillaume, inconditionnel sur le tard



J'ai téléchargé les deux premières saisons et j'ai enchaîné les épisodes en mode « binge-watching ». J'ai attendu impatiemment la 3ème saison et j'ai fidèlement regardé chaque épisode au printemps 2013, puis 2014, et nul doute que je ferai pareil avec la 5ème saison. Je vois plusieurs raisons expliquant l'ampleur du succès de la série. Déjà, le scénario est construit d'une manière telle que de nombreuses questions restent en suspens, concernant des évènements passés ou à venir. Ensuite, le succès du Seigneur des Anneaux, et d'autres films du genre « fantasy » ont, je pense, contribué à un renouveau du genre. La myriade de familles et de personnages, de mariages, d'alliances, de trahisons pourrait d'ailleurs très bien faire de Game of Thrones une série digne des séries à rallonge telles que "Dallas", au risque de faire hurler les fans. Ça marche sur le même mode : nombreux twists, et fin d'épisodes abruptes en "cliffhanger" qui font évidemment s'interroger le spectateur sur la suite des évènements. Le fait que Game of Thrones s'inspire d'un évènement historique (La guerre des Deux-Roses, dans l'Angleterre du XVème siècle) rajoute une certaine dimension de réel. Le spectateur est dans un monde fictif, mais  il est conscient malgré lui qu'il y a quelques siècles de cela, la vie des puissantes familles royales devaient certainement ressembler aux intrigues de GOT : un jeu de rôles et de postures plus hypocrites les unes que les autres. Ce qui nous renvoie évidemment à notre époque également : on peut voir facilement dans Game of Thrones, ou la bataille des « puissants », une critique de nos élites et de nos classes dirigeantes. La "pureté" et l'éthique des jeunes personnages comparées à la perfidie de leurs aînés pourrait aussi être un thème à explorer : peut-être peut-on y voir un certain message d'espoir. G. R. R. Martin place sur les jeunes générations l'espoir qu'ils se conduiront de manière plus irréprochable et moins cynique que les générations précédentes. #Séries TV #Télévision

Donatien, un fan pas comme les autres



Je pense que la série fonctionne car elle touche tous les publics, avec une multitude de personnages, de lieux, de thèmes. On peut aimer l'univers, le coté politique, les conflits familiaux, l'héroic-fantasy, les grandes batailles et surtout le point promotionnel pour HBO: le sexe. Cette série est une grande fresque avec des histoires qui se croisent et se recroisent, on n'est pas obligé de connaître les tenants et les aboutissants de chaque intrigue. Beaucoup préfèrent Khaleesi, moi j'aime bien suivre Theon Greyjoy, prince déchu qui a trahi sa famille adoptive. Par contre, l'handicapé Bran qui se balade dans la neige pour chercher un corbeau, je m'en tamponne le coquillard. Je ne trouve pas que cette série est une révolution comme certains le disent. On a été habitué à l'univers heroic-fantasy grâce au Seigneur des Anneaux et à la violence dans les fictions. On a aussi, depuis quelques années, une autre manière de raconter des histoires : il n'y a plus de héros surpuissant qui défonce une population entière façon Rambo et ce genre de clichés. Maintenant, le héros n'est plus un être sur-humain, il préfère sauver sa peau et sert ses propres intérêts. C'es comme ça dans Game of Thrones, et le seul personnage qui est droit dans ses bottes et qui veut le bien pour tous, c'est celui qui subit la première mort violente de la série. Coïncidence ? Je ne pense pas. La série est originale sans être révolutionnaire, c'est aussi pour cela que ça marche. Il est aussi intéressant de noter que la série vient des livres de Martin, qui est harcelé par des fans hardcore qui réclament la suite. Il y a une addiction à la base, je suis moi-même un lecteur assidu et très impatient. C'est aussi là qu'il faut chercher le succès de la série. Dans les bouquins de Martin, chaque chapitre adopte le point de vue d'un personnage et s'achève sur des cliffhangers. Martin est aussi scénariste de série et sait captiver le spectateur et le lecteur. Et la série respecte l'oeuvre, on le ressent vraiment. Enfin, il y a peut-être aussi notre péché mignon et malsain de voir les gens souffrir, mourir, l'injustice, la cruauté...et pourquoi pas l'inceste. Après tout, on est tous des monstres.