Dans une émission datée du 9 juin, Enora Malagré a raconté une péripétie qui s'est reproduite à plusieurs reprises et le cadeau n'était pas sympathique.

Le liquide précieux envoyé par courrier postal

Comme c'est le cas pour de nombreuses célébrités, les fans ont la possibilité d'envoyer des présents. Certains décident d'offrir des sous-vêtements, des poèmes ou encore des objets classiques. Toutefois, Enora Malagré a reçu une autre catégorie de produits et elle a confié son malaise sur le plateau de #TPMP sur lequel Kev Adams était venu dans le cadre de la promotion du film Les Profs 2. Caroline Ithurbide révèle que les jeunes aujourd'hui ne sont plus des adeptes des lettres, ils préfèrent envoyer des SMS, des MMS ou encore des mails.

Publicité
Publicité

Enora Malagré reçoit à trois reprises du sperme

Enora Malagré rebondit rapidement à cette affirmation en précisant qu'elle est totalement fausse dans son cas. La chroniqueuse déborde de lettres parfois sympathiques et certaines sont accompagnées de cadeaux. Un homme a envoyé deux fois de suite à la jeune femme un petit tube qui contenait le liquide précieux. Ce dernier fait donc référence à du sperme, car elle précise que ce n'était pas de l'urine. Ce présent a été reçu à trois reprises et l'un des expéditeurs a même été à l'origine de deux envois. Cette anecdote est au cœur d'un petit malaise sur le plateau, car les chroniqueurs ont eu des difficultés à adhérer à cette version.

Kev Adams est surpris, mais enjoué par cette déclaration

Enora Malagré précise qu'elle avait été retournée lorsqu'elle a découvert son cadeau dégoûtant.

Publicité

Kev Adams aux côtés d'Arnaud Ducret estime avec joie que la chroniqueuse devait faire son possible pour donner naissance à un enfant avec cette semence. Dans son intervention, la chroniqueuse ne donne pas de suites, elle n'a donc pas précisé si elle avait utilisé éventuellement ce liquide précieux. Dans tous les cas, Enora Malagré n'a pas toujours de chance, un récent sondage l'a classée comme l'une des chroniqueuses les plus détestées.