Invitée de l'émission de France 5 hier soir, Valérie Trierweiler a été un peu bousculée par les journalistes qui l'ont interrogée sur son fils, #François Hollande et Ségolène Royal et les conséquences de ses déclarations.

Valérie Trierweiler préfère éviter le sujet François Hollande, contrairement à Léonard

"J'allais bien avant d'arriver à C à vous" lâche l'ancienne compagne de François Hollande, alors qu'Anne Sophie Lapix aux commandes de l'émission, lui demande si elle va bien quelques mois après sa séparation avec le président.

Valérie Trierweiler a publié un livre "Merci pour ce moment" souvent qualifié de "vengeur", pour raconter son quotidien et son départ de l'Elysée après qu'elle ait découvert, à la Une de la presse people, que le président avait une maîtresse.

Publicité
Publicité

Depuis la sortie de "Merci pour ce moment", la journaliste de Paris Match s'est beaucoup exprimée dans les médias anglo saxons, dans la presse écrite et sur les réseaux sociaux mais plus rarement à la #Télévision française.

En mars dernier, Valérie Trierweiler était pourtant sur le plateau du journal de France 3 mais aucun sujet polémique n'avait été abordé, l'interview était circonscrite à son travail pour le secours populaire.

Contrairement à sa mère, Leonard Trierweiler, plutôt connu des internautes pour ses répliques amusantes sur le réseau social Twitter, s'est livré à Mouloud Achour dès qu'il l'a pu, c'est à dire à sa majorité fin avril 2015. "Je le soutiens toujours" a déclaré Leonard Trierweiler à propos du président français. En affirmant : "François Hollande, c'est un mec trop normal (...) parfois à l'Elysée ça lui arrivait d'éteindre toutes les lumières lui-même et tout ", le fils de Valérie Trierweiler, validait la communication du président et donnait de ce dernier une image différente de celle décrite dans "Merci pour ce moment".

Publicité

A l'occasion de sa présence dans "C à vous", l'ex compagne du président, reconnait avoir refusé que son fils s'exprime, par prudence, tant qu'elle le pouvait (c'est à dire jusqu'à ses 18 ans) : "Il est resté proche de François Hollande et je n'ai jamais cherché à défaire la relation qu'ils avaient tous les deux" dit-elle pour commenter les déclarations de Leonard.

Valérie Trierweiler constate la complicité Hollande - Royal, sans chercher la polémique

La journaliste a aussi été interrogée sur l'opportunité de publier un livre sur l'intimité de François Hollande sans se soucier, apparemment, des conséquences politiques de ce récit :

"Moi, je ne faisais pas de politique et je ne fais toujours pas de politique. Ne confondez pas, je ne suis pas une femme politique, je suis journaliste. Au nom de quoi je devrais penser à des conséquences politiques ? Ce n'est pas mon problème. Tant mieux si cela a des conséquences sur la politique de François Hollande. J'espère qu'il prendra plus conscience de ceux qui sont le plus défavorisés dans ce pays" affirme-t-elle, agacée.

Publicité

Valérie Trierweiler qui souhaite tourner la page et reprendre son métier de journaliste sereinement, a pourtant pris l'habitude de réagir régulièrement dans les médias aux anecdotes "peopolitique".

Ainsi en mai dernier, elle commentait la relation entre François Hollande et Ségolène Royal souvent qualifiés de "duo inaltérable" par la presse : "Je m'incline, ils sont indissociables. Cela dépasse leurs enfants. Tous les deux partagent un goût immodéré pour la politique. Le pouvoir est leur raison de vivre, leur obsession commune. (...) J'ai cru à cet amour, mais il n'y avait pas de place pour une autre femme dans cette histoire." avait confié l'ex compagne du président au Parisien.

Amenée à revenir sur cette déclaration et ses conséquences, Valérie Trierweiler assure : "J'ai dit la même chose que tous les journaux la semaine précédente. C'était un constat, ce n'est pas de l'analyse politique" #Célébrités

Valérie Trierweiler qui considère que les médias français et l'entourage de François Hollande, l'ont fait passer pour une "folle, hystérique, jalouse", souhaite désormais changer son image.
Elle est récemment apparue blonde et souriante, accompagnée d'un ami proche à une soirée caritative, donnant l'occasion au magazine Gala de publier un portrait flatteur de la journaliste dont le changement capillaire serait la preuve qu'elle a tourné la page "François Hollande" (interview du coiffeur à l'appui).