Présentation d'une réalisation purement Tchécoslovaque qui nous fait retourner dans les années quatre-vingt, en période de guerre froide. La metteuse en scène, Andréa Sedlackova fait le tour des pratiques qui reflètent et ternissent l'image du système sportif #Tchécoslovaque. Déjà nominée en 2014, Oscar du meilleur film (2015) en langue étrangère. Grand prix du jury (Atlas d'or), au festival international du #film d'Arras (2014). La monteuse et réalisatrice tchèque a travaillé principalement sur des #Films français : 1969 (Entre ciel et terre, de Jacques Maillet), 2005 (Un fil à la patte, de Michel Deville).

Synopsis

La Tchécoslovaquie a l'ambition de fabriquer des athlètes hors normes, destinés à être des "Héros emblématiques".

Publicité
Publicité

Tout les moyens sont bons à l'obtention de ces résultats. Au sein de l'équipe nationale, Anna est en proie à succomber à des pratiques inconventionnelles. Une sprinteuse jeune, dotée de talent, qui est sélectionnée dans l'équipe nationale. L'amélioration des performances par des pratiques douteuses, fait d'elle une bouc-émissaire, par l'attitude peu scrupuleuse de ses entraîneurs.

Ils lui injectent des anabolisants dans le but d'améliorer ses performances. Des résultats remarquables qui auront une répercussion sur sa santé. Elle fait un malaise. Par la suite, elle stoppe sa consommation de stéroïdes et finie par échouer dans ses performances.

Un drame survient lorsque sa propre mère, avide de l'image d'exception, la trahit pour l'occasion des Jeux Olympiques.

 

La critique au moment de la sortie en salle.

Publicité

On est emporté. Dans le portrait d'une #Tchécoslovaquie des années quatre-vingt. Plusieurs ont abandonné le pays, à l'exemple du père de l'héroïne, qui s'est installé en Allemagne. Mais d'autres n'ont pas su s'émanciper, à l'image de la mère, succombant à l'influence néfaste de ce système. Certains, des nostalgiques déterminés, poursuivent leur quête de dénonciation en écrivant des textes à publication. Des écrits qui auront peu de chance d'être diffusés, car la police veille constamment.

La mère d'Anita sera prête à tout, souhaitant que sa fille échappe à cet enfer dont elle n'a pas su se débarrasser. Elle prend donc la responsabilité d'injecter secrètement à sa fille un stéroïde #anabolisant : la stromba, fréquemment employé dans les pays de l'Est.

Une jeune cinéaste qui séduit. Sa vue reste objectivement sèche et précise. Les sentiments voilés, les paroles retenues, les décors sombres, à l'exemple de ses longs couloirs gris, dont on ne sait si ce sont ceux d'un stade, ou bien d'une police secrète.

Date de #sortie le 5 août 2015, avec des projections dans 27 salles. Distribution : Judith Bardos, Anna Geislerovà et Vlastina Svàtkovà.

  #Cinéma #Drogue