Virginie Caille : Tu étais en Côte d'Ivoire il y a quelques jours, pour quelles raisons étais-tu là-bas ?

Lynnsha : J'y étais pour la Fondation Kalou. C'est une association qui a été créée par le footballeur Salomon Kalou et son frère Bonaventure. C'est une association qui existe depuis 2009, et qui aide les malades atteints d'insuffisance rénale. Je suis la marraine de la fondation, qui a déjà organisé trois galas de charité. J'étais présente au troisième en tant qu'artiste, marraine, mais j'ai pu aussi aider à faire le plateau artistique. J'ai amené Djany et Jacob Desvarieux. Salomon Kalou a un très grand respect pour la femme, il pense que l'avenir d'un pays passe par elle.

Publicité
Publicité

Pour lui, l'éducation d'une femme est primordial. On est donc allés à l'Orphelinat National de filles de Grand-Bassam. Avec un groupe d'amis en France, on avait auparavant récolté des jouets qu'on leur a ramenés, mais aussi des bonbons et des coloriages.

VC : Tu as écrit ton dernier titre "C'est dommage" avec Marvin, comment s'est déroulée votre collaboration ?

L : Avec Marvin, ça fait plusieurs années qu'on se croise sur les plateaux, que ce soit en Métropole ou aux Antilles. Marvin est très talentueux, il a crée de nombreux tubes. Il est venu avec une idée et on a brodé autour. C'est un artiste qui a un vrai sens mélodique. Il m'a apporté une autre façon de travailler. On a pratiquement tout fait en studio, alors que d'habitude moi je travaille beaucoup plus en amont.

Publicité

Là, tout a été spontané, j'ai beaucoup aimé. C'est un titre très frais, avec ce côté R'n'B que j'aime associer avec ma #Musique zouk.

VC : Ton 5ème album va bientôt sortir, à quoi doit s'attendre le public ?

L : Ca sera un album afro-caribéen, avec cette touche de R'n'b qui me définit. On trouvera cette teinte-là au niveau des arrangements vocaux, des harmonies. Cet album parlera d'amour, c'est celui de la maturité. J'ai eu un bébé, j'ai voulu me livrer à mon public. Il y aura de nouvelles collaborations dont certaines inattendues. Mais je vais aussi retrouver des amis comme Slaï avec qui j'avais déjà travaillé pour le titre "Ne m'en veux pas". Je ne peux pas tout vous dire mais il y aura de belles surprises.

VC : Tu évolues dans le milieu musical depuis presque 15 ans, quel regard portes-tu sur ta carrière ?

L : Je suis contente d'être toujours là et de perdurer. Je suis contente d'avoir été si bien entourée, d'avoir un public si divers, car je propose plusieurs styles de musique.

Publicité

Pour moi la musique n'est pas un métier, c'est une passion que j'espère pouvoir exercer encore longtemps.

VC : Tu es devenue maman, qu'est ce que la maternité a changé dans ta vie ?

L : Je suis beaucoup plus fatiguée (rires) ! Avant tout je suis très heureuse, c'est beaucoup de responsabilités. Je dois agencer mes journées autrement, car je veux accorder beaucoup de temps à mon fils. En tant que chanteuse, j'ai changé certaines choses. Je pars moins souvent, mes séjours sont réduits, et je l'emmène avec moi dès que c'est possible. Pour la concentration, c'est aussi autre chose. Je dois me retirer pour me concentrer parce que c'est difficile avec un bébé.

VC : Tu as toujours un look et des coiffures incroyables, qui sont tes icônes modes ?

L : Je n'en ai pas vraiment, je pioche un peu partout pour créer mon propre style. Je ne m'identifie à personne en particulier. Aujourd'hui c'est génial, les femmes noires ont de plus en plus d'exemples. Depuis le début de ma carrière musicale, j'ai les cheveux courts. Tout a été fait dans ce domaine, ce n'est pas évident d'innover mais j'essaye. Avec ma super équipe composée d'Odile et de mon coiffeur de toujours Choco, on s'amuse et on crée des styles.

Retrouvez tout sur la Fondation Kalou ici

Retrouvez Lynnsha sur Facebook

Interview exclusive de Mat Le Buzz : "Je rêve de faire du cinéma"

Interview de Tey : "Dans le dancehall, on a beaucoup de respect pour les femmes" #Célébrités