On a beau apprécier le personnage de #Jeremstar, il faut l'avouer, son livre est une croûte. Le blogueur sous-estime son public en lui proposant un livre dénué d'intérêt et de sens. Celui qui se targue sur les plateaux d'être plus "intelligent que ceux qu'il interview", parle de "culture du vide" lorsqu'il explique à Maïtena Biraben le concept de la télé-réalité, ne tente pas de partager son savoir et offre à ses fans un ouvrage sans queue, ni tête.

 

On s'étonne de retrouver si peu de texte dans ce qu'il a présenté partout comme étant un manuel. Le ton corrosif promis est absent, c'est plutôt un ensemble de vannes et de tacles aux candidats qu'il n'apprécie pas. De part sa position exceptionnelle et de l'engouement qu'il génère, on espérait, non, on attendait de Jeremstar une véritable satire du milieu, mais aussi de la compassion qui aurait pu convaincre les plus hostiles à la télé-réalité.

Publicité
Publicité

 

Mais "Téléréalité: le manuel pour percer" ne fera que confirmer ce que critique Jeremstar : la télé-réalité est une soupe indigeste et colorée. Mais pourquoi le blogueur s'applique t-il à déconstruire ce monde qui lui permet de gagner plus de 10 000 Euros par mois ? Par jalousie ? Parce qu'il n'a pas pu lui-même y appartenir ? Il y a quelques années, lors de son interview d'Alexia Laroche Joubert la productrice revenait sur les raisons pour lesquelles elle avait refusé qu'il fasse "Dilemme".

 

 

Même si, depuis, il est devenu le français le plus suivi sur Snapchat et qu'il est enfin adulé - ses séances de dédicaces créent de véritables cohues - Jeremstar est plein de contradictions, entre haine et admiration pour ce milieu qui lui permet pourtant de vivre. C'est d'ailleurs grâce à l'affaire Nabilla qu'il acquiert une nouvelle stature, puisqu'il va témoigner sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin. Le journaliste l'adoube, lui donnant la légitimité qui lui manquait.

Publicité

 

Celui qui rêve d'être reçu dans "Touche pas à mon Poste" est un peu comme son idole, #Cyril Hanouna, il veut tout contrôler, menace de lynchage médiatique ceux qui refusent de se prêter à sa comédie. Et il en a le pouvoir grâce à ses milliers d'abonnés sur les réseaux sociaux. L'objectivité n'est en effet pas l'une des valeurs de la ligne éditoriale de "La Conciergerie". Alors peut-on encore critiquer Jeremstar ? Sam Zirah, son rival, gagne chaque jour en abonnés et en visibilité, grâce à un journalisme plus sérieux et sa mise en valeur des candidats. Une formule qui semble plaire... Le blogueur va t-il changer son fusil d'épaule ?

 

TPMP : Enora Malagré : Elle publie un démenti et affronte de nouvelles critiques !

Interview de Tey : "Dans le dancehall, on a beaucoup de respect pour les femmes"

  #Télé-réalité