Son dernier titre à plus de 90 millions de vues et, il donne la pêche ! Elle se trouve seule dans un paysage enneigé. Elle regarde la caméra comme si elle disait "je n'ai pas froid, regarde moi". Cependant c'est une histoire d'amour qu'elle raconte dans cette chanson. Elle a l'air fière mais plutôt sûre d'elle. Il faut dire que Era Istrefi a décidé de devenir chanteuse et suivre les pas de sa mère qui, elle, a quitté son métier de chanteuse à la suite du décès de son mari. La reine des neiges, dans "bonbons", porte un manteau avec une fourrure rose, et lorsqu'elle fait un déhanché "ventre à l'air", c'est pour mieux revêtir son flow teinté d'ironie "Bon bon, c'est bon, je sais que tu le veux,..."

 

Avec ce clip et, la reine des neiges Era nous chante comme une mélodie de liberté.

Publicité
Publicité

Une liberté de femme épanouie qui sait rire comme on peut l'entendre à la fin de son clip. Era est dans la douceur. Peut-être ce que les amateurs de Pop recherchent et redécouvrent à chaque fois que cela est apprivoisé. Cela est réussi pour Era, alors on attend la suite ! De plus sa sœur est elle aussi chanteuse. Imaginons le jour où toutes les deux, elles se réunissent en #Musique et dans un style concordant ! Un duo peut rapprocher leurs talents pour mieux apprécier leurs dons de chanteuse.

 

Era et Nora Istrefi ont en effet une manière différente de se produire dans la chanson. Era se confie en interview – cosmopolitan siaragura – comme étant de la "génération Rihanna" dont elle s'inspire. Era apprécie beaucoup la Pop et l'artiste a quelque chose de Rihanna car elle n'a pas froid aux yeux : "Dire que je copie Rihanna est irrespectueux", dit-elle. Finalement elle aime faire la fête et elle donne même quelques conseils pour ceux qui, comme elle, souhaitent danser sur Vybz Kartel.

Publicité

 

Elle nous touche avec une confiance et sa réserve qu'elle laisse entrevoir. Cela ne donne aucune note de vulgarité. Au contraire, elle semble dire et révéler ce qui lui tient à cœur, comme une femme qui n'est pas complexée et qui en veut !