Comme l’avait indiqué Le Parisien, NRJ12, la dernière chaîne ou radio à employer Jean-Marc Morandi, va remonter le prochain épisode de la série Crimes, diffusée demain soir, lundi. Ce dimanche, la chaîne a confirmé sa décision… Les séquences tournées en plateau et déjà enregistrées seront sucrées, seules les voix hors-champ seront conservées. On entendra donc l’animateur revenir sur l’affaire Patrick Allègre (le violeur et assassin arrêté en septembre 1997) et évoquer la personnalité du djihadiste Mohamed Merah. Mais il n’apparaîtra plus à l’écran.

Une mise au point de ses avocats

Silencieux après sa conférence de #Presse indiquant qu’il était victime d’une cabale (de Fogiel) et qu’il allait poursuivre tant le directeur de publication des Inrocks que la journaliste Fanny Marlier, l’animateur était sorti de sa réserve en publiant sur son blogue-notes une mise au point de ses avocats.

Publicité
Publicité

Elle réfutait divers points accessoires de l’enquête de Fanny Marlier, sans battre en brèche l’ensemble des faits qui ont conduit l’animateur à s’expliquer 48 heures en garde à vue, se retrouver obligé de signaler à la police ses intentions de se rendre à l’étranger et mis en examen pour corruption de mineurs avec circonstances aggravantes. Par ailleurs, il fait l’objet d’une enquête pour « harcèlement sexuel » et « travail dissimulé ». Si la présomption d’innocence demeure, la direction de NRJ12, après celles d’Europe1 et d’iTélé, préfère observer l’évolution de la situation pénale du mis en examen. Le Pdg du groupe NRJ n’a pas exclu qu’un autre animateur pourrait remplacer #Jean-Marc Morandini.

Explications embrouillées

Pour une fois, Morandi a réagi promptement sur son blogue-notes. « Contrairement aux informations erronées qui circulent une fois de plus (…) Crimes sera bien diffusé lundi ».

Publicité

Dans un tweet, Télé Star avait évoqué à la va-vite une déprogrammation. En appui de cette réfutation, le blogue-notes diffuse le clip d’annonce de l’émission sur lequel l’animateur apparaît très brièvement au lancement et à la fin du clip. On vérifiera si ces deux plans fixes seront conservés. Il y a de grandes chances qu’ils le soient mais cela n’enlève rien au fond : Morandi, sur NRJ12, est bien sur un siège éjectable. En revanche, sur le site de la chaîne, un autre clip, d’archives, met beaucoup plus en valeur l’animateur, qui s’adresse directement au téléspectateur. Sur son site, Télé Star a rectifié, et s’est aligné sur la version du Parisien.

Des refus de témoigner

Selon Télé Star, la décision de la direction de la chaîne tiendrait à ce que les interlocuteurs officiels (policiers, magistrats, avocats) se refuseraient désormais à témoigner pour l’émission. « Les journalistes d’investigation de l’émission ont commencé à essuyer des refus de témoigner » et voient rejetées leurs autorisations de filmer dans les tribunaux ou les commissariats et gendarmeries.

Publicité

Mais les tournages des prochains épisodes se poursuivent. Le site des Inrocks n'a pas répercuté cette information, l'estimant sans doute subsidiaire, mais on souhaite du courage à l'avocate de l'animateur chargée d'obtenir réparation pour l'enquête publiée en juillet et le dernier papier des Inrocks, portant sur les modalités de mise en examen de Jean-Marc Morandini. Si, toutefois, au final, il obtenait deux non-lieux pour ces deux affaires pénales, cela ne changerait guère la donne. Le premier volet de l'enquête de Fanny Marlier est paru le 13 juillet, la semaine suivante, le 20, la journaliste faisait été de deux nouveaux témoignages. Son dernier article, paru le 23 septembre dernier contient certes des approximations, mais qui ne sont pas vraiment de nature à obtenir réparation du préjudice. Or, la prescription des infractions de presse est de trois mois révolus (sauf pour celles à caractère racial, ethnique, nationale ou religieux : la prescription s'étend à un an, mais cela ne saurait s'appliquer). Nous sommes le 25 septembre... Hors délai. #Justice