Difficile de passer à côté, que l'on ait une télévision ou pas, "#TPMP" est devenu en l'espace de quelques années le programme phare d'une génération entière. À l'origine diffusée sur France 4 en seconde partie de soirée, Touche pas à mon poste arrive sur D8 (désormais #C8) et a réuni à l'occasion de sa première, le 8 Octobre 2012, 498 000 téléspectateurs. Plutôt pas mal pour un début. De controverses en polémiques, l'émission trouve rapidement sa place et devient vite un incontournable de la vie médiatique française.

 

De l'art du direct

TPMP pourrait parler de politique, d'économie ou d'actualité en générale, ce qui lui confère tout son attrait c'est la maîtrise, ou la non-maitrise du direct qui excite bon nombre de téléspectateurs, moi le premier.

Publicité
Publicité

On sait comment l'émission commence, on ne sait jamais comment elle termine. Au début des années 2000, fini les émissions où les invités se tapent dessus en direct (Ciel Mon Mardi) et où un membre du public tente de se suicider en live (Apostrophe), les émissions sont surproduites, coupées, recoupées et l'antenne est parfaitement maîtrisée. TPMP à eu l'intelligence médiatique de renouer avec ce type d'émission pré-années 2000, où tout pouvait arriver au vu et au su des téléspectateurs, sans que personne ne puisse rien y faire. Un homme qui feint une crise de convulsions en plateau, Gilles Verdez qui se fait taper dessus par Joey Starr, Làam qui fait un malaise dans un costume de chouette, j'en passe et des meilleures. La forme de l'émission a complètement pris le pas sur le fond, et décrypter les médias n'est devenu qu'un simple prétexte permettant aux équipes d'Hanouna de jouer avec le feu du direct.

Publicité

 

Une TV réalité qui ne dit pas son nom

On vous dira que TPMP se range dans la catégorie de "l'infotainment", néologisme anglais, mélange d'information et de divertissement (entertainment). Cependant, comment pourrait-on qualifier un produit télévisuel qui se construit sous forme de feuilleton, dans lequel les principaux protagonistes, chroniqueurs et animateurs étalent leur vie privée sans aucune réserve ? TPMP a par ailleurs franchi un cap lors du tournage d'un spécial Las Vegas, où une caméra a suivi les aventures d'une partie de l'équipe de l'émission en voyage outre-Atlantique. Le concept rappelle méchamment celui des Anges d'NRJ12. Chaque soir, vers 19h10 sur C8, on suit la vie d'une "bande de potes", qui se targue d'être les mêmes dans la "vraie vie" qu'à l'antenne, avec ses clashs et ses rebondissements. Jean-Michel Maire qui fut, la veille, contrôlé en état d'ivresse à bord d'un scooter, comparait le lendemain au tribunal "TPMP", devant expliquer et excuser son comportement devant un million de téléspectateurs.

Publicité

 

TPMP ou la Grenouille

TPMP c'est un peu comme la fable de la grenouille : "Si l'on plonge subitement une grenouille dans de l'eau chaude, elle s'échappe d'un bond ; alors que si on la plonge dans l'eau froide et qu'on porte très progressivement l'eau à ébullition, la grenouille s'engourdit ou s'habitue à la température pour finir ébouillantée." Je pense que si TPMP était arrivé dans sa formule actuelle sur D8 en 2012, l'émission aurait probablement soulevé le coeur de nombreux téléspectateurs qui la regardent actuellement. Mais progressivement, #Cyril Hanouna a su la transformer, pousser les limites d'un concept à bout sans que personne ne s'en rende compte, pour finir dans les bas fonds d'une télévision voyeuriste.