La presse est aussi la vitrine d'un pays. On ne peut pas dire qu'elle ne soit pas libre, en France, c'est tant mieux et il faut lutter pour que cela perdure. Il faut sans doute aussi ne pas oublier la déontologie de cette même presse, pour peu que l'on s'estime "journaliste" au risque de galvauder la carte éponyme. En quelques jours, les méthodes plus que douteuses de Elise Lucet (Cash Investigation), l'affaire "#Morandini" et le très fatigant marathon de Hanouna ne parviennent pas à égayer cette période de campagne électorale. Bien au contraire.

Une première, responsable de la grève... Morandini la casse

On l'a déjà écrit, la journaliste-présentatrice-animatrice, Elise Lucet fait si bien la morale aux autres qu'elle pourrait, quelquefois, s'écouter et apporter un peu de modestie à sa propre personne.

Publicité
Publicité

Avec tout le respect que nous avons pour vous Madame Elise Lucet. Pour Morandini, c'est une autre affaire, si l'on peut dire. Des méthodes de casting plus que douteuses, une interpellation, une garde à vue, une mise en examen... et de nouveaux témoignages hostiles auraient pu lui faire baisser les yeux quelque temps. Au contraire, Vincent Bolloré, le boss du groupe Canal+ lui offre une promotion et une émission "Morandini Live", un nom à hauteur de son ego, sur i-Télé. Les journalistes, les vrais, ceux qui ont une conscience et du professionnalisme, se mettent fort logiquement en grève. Et, première française, celui par qui arrive la grève... casse la grève ! Il fait baisser les manettes à une rédaction et se retrouve, seul en direct sur la chaîne depuis deux jours. Et, ce, pour une émission catastrophique.

Publicité

Deux numéros et, déjà, deux sujets sur Cyril Hanouna.

Les journalistes accepteraient-il Zemmour en pleine campagne ?

Comment Morandini peut-il se regarder dans une glace ? Comment peut-il ne pas comprendre qu'il risque de mettre en péril une chaîne d'informations, qui deviendra CNews le 24 octobre, et qui a déjà suffisamment de problèmes. Ce mercredi 19 octobre, alors que les journalistes manifestaient à Paris, on apprenait que le "Morandini Live" pourrait passer de 18 à 9 heures. Premier avantage, cela ferait moins tâche sur la grille de la i-Télé et comme les journalistes se couchent tard, mais ne se lèvent pas toujours aux aurores, ils croiseraient moins le placardisé. Pascal Praud passerait à ce moment là de 10 à 11h pour le foot. Autre nouvelle plus inquiétante, il se dit que les frères Bogdanov et Eric Zemmour pourraient débarquer. Cette fois, !-Télé pourrait entrer dans une... grève illimitée. Si tel est le cas, Vincent Bolloré devra dire pourquoi il se sent obligé de flinguer ses "danseuses". #I-Télé #Télévision