Titrer, comme VSD, « Humilié par #Cyril Hanouna, Matthieu Delormeau devrait suivre ce conseil de #Jérémy Ferrari », n'est pas si judicieux. Car Jérémy Ferrari a fort peu duré sur Touche pas à mon poste ! Ferrari, connu depuis sa participation à On n'demande qu'à en rire, animé par Laurent Ruquier, n'a tenu que trois mois aux côtés de Cyril Hanouna.

Ni pince, ni rire

C'est sur France 5, dans l'émission d'Anne-Élisabeth Lemoine, C l'hebdo, que Jérémy Ferrari est revenu sur son désaccord avec Hanouna. Lequel a une « espèce d'aura avec son public ». Du coup, « quand je fais une vanne d’hu­mour noir et que Cyril Hanouna à côté de moi se marre, ce qu’il fait sur mes premières parti­ci­pa­tions, tout le monde dit ‘alala, ce qu’il est drôle ce Ferrari !’. Mais un jour, on a eu un problème avec une asso­cia­tion et lui, ça lui a fait un peu peur. Donc il ne se marrait plus, il ne voulait plus être asso­cié à mes vannes, » a résumé l'humoriste au patronyme rouge qui crache des fumées noires...

Publicité
Publicité

« Je peux faire les meilleures vannes du monde, le gens vont dire ‘le mec n’est pas drôle’ ». Il n'a pas tout faux. En studio, le rire, comme les applaudissements, s'ils ne sont pas « en boîte », sont communicatifs. Hanouna, Ruquier et d'autres, sont de fait des bateleurs, usant de trucs de comédiens de foire. « Quand j’ai senti qu’on voulait retou­cher mes textes, et que le mec ne se marrait plus, voire qu’il s’ex­cu­sait une fois que je sortais du plateau, je me suis sauvé en courant parce que ça, ça me détruit. ». Hanouna, qui a traité #Matthieu Delormeau de « pleureuse » s'étant fait « virer comme une m*** de NRJ12 », n'est tendre ni en coulisses, ni sur le plateau. Titillé sur l'épisode par Anne-Élisabeth Lemoine, Ferrari a répliqué « je ne l’au­rais pas auto­risé à ce qu’on me traite comme ça (...) Mec, si t’en as marre qu’il se foute de ta gueule, casse-toi ! Viens pas grat­ter à la porte. Hanouna, il ne se comporte pas bien (…) Prends tes couilles ! Le problème, c’est l’égo. C’est des mecs qui ont des carrières, mais ils veulent plus. Ils veulent être à la télé­vi­sion, ils veulent être connus, ils veulent être célèbres même si c’est en se retrou­vant en slip, avec des perruqes blondes ». Pas vraiment de quoi se mettre durablement à dos Hanouna qu'il crédite d'un « il prend cher, et c'est normal ».

Publicité

Là, c'est le principal.

Fan de Pierre Palmade

C'est Pierre Palmade qui a suscité la vocation de Jérémy Ferrari dès son adolescence. Cancre déterminé, convoqué diverses fois dans le bureau du proviseur, il a décroché en classe de seconde. Devenir humoriste, pour un locataire du coin du radiateur, c'est un peu comme devenir journaliste (pour un élève un peu plus avancé dans les études, mais sans grande appétence pour l'académisme). Il a connu des débuts très difficiles dans des salles municipales, comblé les manques à gagner par des jobs précaires de toutes sortes et s'est retrouvé souvent sans ressources. Ses parents, commerçants, ont dû vendre leur maison, et faire de même. Il se tourne en vain vers le théâtre classique, tente le cinéma, la radio, mais se fait jeter de partout. Laurent Ruquier lui donnera enfin sa chance qui ne l'a pas quittée depuis. Manger de la vache enragée porte à l'humour noir. Sa collaboration avec Hanouna a cessé quand, telle la presse de l'époque avait fait mourir trois fois de suite le maréchal Pétain, Ferrari annonçait celle de Mandela en répétant « il y a bien un moment ou j'aurais raison ».

Publicité

Cela finit par déplaire à une association. Hanouna a pris ses distances. Conclusion de Ferrari « ceux qui disent regret­ter Desproges sont les premiers à vous censu­rer en affir­mant que l’hu­mour radi­cal est segmen­tant. ». On le voit bien du côté de Bolloré... Hanouna s'en remettra. Peut-être pas Rachida Dati que Ferrari a bousculée dans l'un des derniers Salut les Terriens. On retrouvera Ferrari sur C8, le soir du 7 prochain, dans ses Duos impossibles puis Hallelujah Bordel (il se fait docteur théologien ; l'EPHE sera à l'écoute).