En tant que simple abonné de Canal +, ou plutôt rescapé, je ne peux qu'observer la décadence de la chaîne cryptée qui, autrefois, représentait le futur de la #Télévision. Mais où est donc passé le fameux "esprit Canal" des années 90 et 2000. Depuis l'arrivée de Vincent Bolloré à la tête du groupe, cet esprit est définitivement de l'histoire ancienne. De nombreux animateurs sont partis (Yann Barthès, Ophélie Meunier, Bruce Toussaint pour I-télé etc...) et la qualité des programmes est devenue "pauvre". Seuls les créations originales et le sport permettent encore à la chaîne de se "démarquer" et d'attirer quelques abonnés. Concernant le sportif, on a appris récemment que c'est François Hollande en personne qui a "sauvé" Canal + en 2014, lorsque le groupe "BeIN sports" s'apprêtait à rafler la totalité des droits TV de la #Ligue 1.

Publicité
Publicité

Sans cette intervention, la chaîne, qui se trouvait déjà en mauvaise posture, ne se serait sans doute pas relevée. Car même si le top 14 est un atout majeur, il ne suffirait pas à satisfaire la demande. Aujourd'hui, niveau football, la chaîne propose donc encore des matchs de Ligue 1 et une partie de la Ligue des Champions. Mais elle a beaucoup perdu ces dernières années. Adieu la Premier League, la Liga, la Série A, la Bundesliga...adieu l'équipe du dimanche, émission mythique des belles années...et forcément adieu à beaucoup d'abonnés, qui n'ont certainement pas le courage (et c'est compréhensible) de payer un abonnement pour s'infliger un "Boulogne-sur-mer - U.S  Concarneau", affiche du championnat de National le samedi après-midi, ou encore les formidables rencontres de coupe de la Ligue où même les joueurs ont du mal à s'intéresser à la partie  qu'ils disputent.

Publicité

Même si Vincent Bolloré n'est pas l'unique responsable de la répartition des droits TV en matière de football, il est néanmoins chargé d'exploiter au mieux le peu qui lui reste. Et récemment, il a trouvé le moyen d'entrer en conflit avec la LFP (Ligue de Football Professionnel) concernant la diffusion de certaines de ces rencontres sur Canal + Sport, alors que l'accord prévoyait une exposition sur Canal +. Bref, des désaccords qui n'arrangent en rien la situation déjà compliquée de la chaîne dans le domaine sportif, mais aussi en général. Pour nous, les abonnés, on ne peut donc pas dire que l'arrivée de Vincent Bolloré soit une réussite.

"Morandini, c'est la goutte d'eau"

Mais le groupe Canal, c'est aussi des chaînes gratuites sur la TNT. Alors, regardons un peu ce qui se passe sur C8 (anciennement D8) et I-télé (futur CNews). Si vous n'êtes pas un adepte de Cyril Hanouna, évitez simplement d'appuyer sur le chiffre 8 de votre télécommande, car l'overdose sera immédiate.

Publicité

L'animateur, qui apparemment réalise des bons scores d'audiences avec ses émissions (triste réalité ...?!!!?!!), est omniprésent sur la chaîne. Et sur I-télé, c'est le naufrage, tout simplement. En confirmant l'arrivée de Jean-Marc Morandini sur la chaîne malgré sa mise en examen pour corruption de mineurs, Vincent Bolloré n'a pas hésité à se dresser devant l'ensemble de "sa" rédaction. Les employés, déjà très inquiet pour le futur de la chaîne, ont décidé de se mettre en grève. Ils ne supportent plus la gestion désastreuse de leur employeur qui entretient des relations particulières avec Jean-Marc Morandini. Ce soulèvement n'est en aucun cas une remise en question de la présomption d'innocence mais bel et bien une révolte par rapport aux agissements des responsables de la chaîne, qui ont par ailleurs évoqué la possible future arrivée d'Éric Zemmour à l'antenne. Quelle ambiance ! Toutes ces annonces seraient presque risibles s'il ne s'agissait pas de l'avenir de plusieurs employés qui craignent, à juste titre, pour leurs postes. La situation prend même une tournure dramatique. Donc pour nous, simples abonnés de Canal +, la question est simple : comment et pourquoi Vincent Bolloré est-il devenu le patron de ce groupe ? Question naïve mais tellement judicieuse...